AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 give me love, love ♦ (richard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité


MessageSujet: give me love, love ♦ (richard) Sam 24 Aoû - 3:43





give me love, love
I DO BELIEVE I AM IN LOVE WITH YOU


Spoiler:
 
Les journées d’Anne à la Cour étaient terriblement routinières : elle se levait toujours à l’exacte même heure, prenait son premier repas avec Isabel et la dame leur mère puis s’en allait vaquer à diverses occupations auprès de la reine. Elle se trouva donc fort prise au dépourvu lorsque l'une des autres dames de compagnie de Sa Majesté l'informa que cette-dernière venait de perdre les eaux. Le palais était à dire vrai en effervescence ; et si ce troisième enfant s'avérait être un fils ? Si un héritier lui naissait, le roi Edward serait plus que jamais en sécurité sur son trône, la couronne bien installée sur sa tête. Et les Woodville, Anne le savait, deviendraient alors intouchables, la famille maternelle du futur roi d'Angleterre. La jeune fille n'était donc pas surprise, lorsqu'elle croisa le chemin de son père, de le trouver d'une humeur fort désagréable. Vas te promener ailleurs, enfant, lui avait-il dit de son habituel ton pressé, occupé ; être le Faiseur de Rois était difficile, Anne pouvait aisément le deviner. Et avec les Woodville qui gagnaient du terrain dans le coeur du roi Edward, il n'était pas surprenant que les tempes de Père se mettent ainsi à blanchir.

Mais, en agréable enfant qu'elle était, Anne avait obtempéré à l'ordre de son père et la voilà qui déambulait dans les couloirs du palais, sans destination précise. On n'avait que faire d'une gamine dans son genre dans la chambre d'accouchement de la reine, où même les filles de l'âge d'Isabel n'étaient pas toujours conviées. Sa soeur devait bien être quelque part, forcément, et c'est donc en quête d'Iz qu'Anne arpentait pièce après pièce, couloir après couloir, inclinant la tête et pliant le genou à ceux qu'elle croisait qui s'avéraient d'un rang supérieur au sien. Ils étaient dans les faits peu nombreux, surtout à cette période de l'année ; la Cour s'était vidée après la montée au pouvoir des Woodville et ceux qui étaient venus pour célébrer la nouvelle année étaient déjà repartis, la plupart frustrés du spectacle auquel ils avaient assisté : le roi, leur bien-aimé Soleil en Splendeur, gouverné par sa blonde épouse. C'est du moins ainsi que Père décrivait les choses et Anne avait de plus en plus tendance à le croire, surtout depuis que son projet de mariage avec Richard avait été annulé à cause de la reine.

Anne en avait littéralement pleuré, à dire vrai, elle qui toute sa vie n'avait fait que ce qui était attendu d'elle, et toujours de son mieux. Ne méritait-elle pas d'être heureuse, ne méritait-elle pas Richard ? Elle était persuadée qu'ils auraient formé un couple bienheureux, eux qui se connaissaient depuis l'enfance. Et ils ne s'étaient que très peu revus depuis qu'Anne avait appris la triste nouvelle ; elle ignorait même si Richard avait été mis au courant, si lui aussi, peut-être, avait entretenu quelconque espoir, ne serait-ce qu'un tout petit peu. C'est pourquoi elle resta presque bouche bée en apercevant le duc au détour d'un couloir. Il venait dans sa direction mais ne semblait pas encore l'avoir vue - comme il aurait été facile de rebrousser chemin et de rapidement disparaître dans le dédale des couloirs du palais... mais Anne décida de puiser dans ce que sa jeune personne avait de courage et, le menton relevé, tâcha de mettre un peu d'assurance dans son pas.

Elle ignorait jusqu'à la façon dont elle devait le saluer, maintenant. Votre Excellence ? Richard ? Cousin ? Le premier était trop formel, le second encore trop familier, le troisième une farce étrange pour elle qui avait espéré devenir son épouse. Mais voilà qu'elle arrivait à sa hauteur et il était trop tard pour réfléchir à quelque chose d'aussi trivial. Elle plia le genou, inclina la tête et marmonna d'une voix un peu trop basse quelque chose qui devait ressembler à une salution... en quelque sorte. « Richard. Votre Excellence. »
 


MADE BY PANDORA



Dernière édition par Anne Neville le Lun 26 Aoû - 18:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 15/08/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 144
◆ LOCALISATION : la cour du roi.

MessageSujet: Re: give me love, love ♦ (richard) Sam 24 Aoû - 4:22

Richard quitta le bureau de son frère, le roi Edward IV. Le jeune duc s'était levé du mauvais pied ou presque, ayant plein de soupçon en tête contre certaines personnes de la cour. Il avait pourtant bien dormi, mais en se réveillant, tous ses soupçons lui sont venus en tête. Richard suspectait son cadet, George, duc de Clarence, de comploter contre leur frère. Seulement son comportement lui disait cela, son ambition bien trop grande pour lui. Cet homme voit trop grand pour son avenir. Richard gardait ses raisonnements dans sa tête, ne voulant pas alerter tout le monde avec cela et puis, il n'avait guère envie de se faire juger par tous, accusant son propre frère. Les trois frères York, personne ne peut les séparer, mais tôt ou tard, ils le seront. Il quitta, claqua presque la porte, l'air fâché, alors, qu'en fait, il était resté presque muet durant toute la discussion avec ses frères. À vrai dire, il n'a fait qu'entendre George se plaindre de ne pas encore être marié à la Neville ou à une autre femme. Richard n'était pas impatient, il attendait sagement, un jour, ça sera son tour. Les rumeurs disaient qu'il serait bientôt marié à la dernière fille de Richard Neville, comte de Warwick, Anne Neville. Ce n'était pas que des rumeurs, mais rapidement, le roi a mis un terme à cela. Néanmoins, cela ne sera apparemment pas le cas. Edward ne semblait pas vraiment apercevoir cela d'un bon oeil, mais ce non était-ce soufflé par ses lèvres ou ceux de la reine ? Elizabeth Woodville. Richard gardait ses pensées pour lui, il a confiance en personne, si ce n'est peut-être Francis Lovell. De toute façon, on venait également d'annoncer que la reine était en train d'accoucher, Edward allait donc se précipiter vers le lieu où se trouvait Elizabeth. Tandis que Richard, lui, il continuait sa route pour aller rejoindre les autres.

Le duc de Gloucester releva la tête en lâchant un soupir. Il avait envie de partir du château pour aller s'aventurer dans le nord avec Francis, mais il resta aux côtés du roi et de son frère, puisque c'est ainsi que cela doit se passer. Plus il avança dans le couloir, plus il reconnut une silhouette qui lui est rappelle quelqu'un. Soudainement, un léger sourire se dessina sur son visage. Anne Neville. Richard se pencha légèrement pour s'incliner à son tour, faisant preuve de politesse. « Lady Anne. » Fini par dire Richard avec un léger sourire en coin. Il s'approcha d'elle, se redressa, lui faisant face. « N'êtes-vous pas auprès de la reine ? Dit-on qu'elle est en train d'accoucher... » Beaucoup souhaitaient qu'elle n'aille pas de fils, mais que des filles, d'autres, les plus bienveillants, lui souhaite d'avoir un fils, un héritier. Si cela n'est pas le cas, George conserve sa place d'héritier et lui ensuite. Cette idée de devenir roi, le fait frissonner, cela le nourrit d'ambition, mais peut-être pas autant que George, prêt à tout. Bref. Le jeune homme plongea son regard dans celui d'Anne.

Il lui tend son bras, afin que cette dernière y place le sien et lorsque c'est chose faite, ils commencent doucement à marcher. « Comment trouvez-vous la cour, Anne ? Êtes-vous bien installé ? » Était-elle bien traitée ? Richard voulait savoir si elle se plaisait à la cour, en tant que dame de compagnie de la reine. Elle se doutait bien que les rapports entre Warwick et Woodville ne sont pas les meilleurs qu'il a pu voir. Il savait son père très ambitieux, avait-il d'autres projets de mariage pour cette dernière ? Allait-elle s'éloigner de lui ? Des questions qu'il se posait, mais pourtant, qu'il n'allait guère sortir de sa bouche. Il préférait ne pas bousculer la jolie blonde et surtout, ça sera s'en doute malsain de sa part.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: give me love, love ♦ (richard) Lun 26 Aoû - 18:55



Il était douloureusement facile pour Anne, son bras ainsi accroché à celui de Richard, de s’imaginer que Père avait mené à bien ses projets et qu’ils étaient maintenant d’heureux fiancés. Le duc semblait tout à fait ravi de la voir et voilà que son cœur s’emballait un peu, de savoir que pour une fois c’est vers elle que l’attention était tournée ; c’est toujours ainsi que les choses se passaient dès qu’elle était en compagnie de Richard, à dire vrai, lui qui semblait lui porter un intérêt grandissant au fil des jours. Anne s’efforça de ne pas croiser directement son regard – c’était ça où se mettre à terriblement rougir, et c’était bien la dernière chose dont elle avait besoin. Elle avait vu le genre de jeux auxquels se livraient Isabel et George, à se tourner autour comme un chat et une souris, et c’était quelque chose dont elle n’avait ni la force ni le courage. On lui avait promis un mariage et voilà qu’on le lui enlevait, et il n’était pas dans la nature d’Anne de s’accrocher à ce qui ne serait jamais. Ce serait se faire plus de mal qu’elle n’en pouvait supporter.

Elle se contenta donc se suivre le pas régulier de Richard à travers les couloirs du palais, son bras accroché au sien. Certains domestiques se mirent à les remarquer, s’inclinèrent promptement sur leur passage, et savoir Richard à ses côtés était bien la seule chose qui empêchait Anne de virer au rouge, son bras la seule chose qui l’empêchait de trébucher. Il lui posait des questions sur sa vie à la Cour, lui demandait si on la traitait bien; c’était le plus grand intérêt quiconque lui ait porté depuis son installation au palais et son ennui diminua immédiatement. « On nous traite bien, bien sûr. Père m’a trouvé un poste de dame de compagnie auprès de la reine. » Anne ignorait quelle était la position de Richard vis-à-vis d’Elizabeth Woodville, aussi lui sembla-t-il judicieux d’ajouter un bref : « Elle est gentille. » Richard savait-il que la reine était la principale raison pour laquelle leur mariage ne s’était jamais fait ? Elle n’osait pas lui en parler, c’était beaucoup trop embarrassant. Et en plus, elle ignorait la nature de ses sentiments à son égard ; comme il devait la trouver agaçante… ou peut-être pas ? Peut-être l’amour qu’elle avait pour lui était-il si grand qu’il s’était lentement mis à déteindre. Mais quand même… fort et beau et pur comme les chevaliers dans les chansons, peut-être l’aimait-il également, comme elle l’espérait depuis qu’ils n’étaient guère plus que des enfants qui couraient dans les couloirs de Warwick Castle ? Il semblait toujours si heureux de la voir.

Il lui fallait trouver quelque chose à dire, pour ne pas avoir l’air trop empotée. « Elle est en travail depuis ce matin », s’empressa d’expliquer Anne pour combler le silence muet auquel la réduisait sa gêne. « La reine, je veux dire. Nous prions pour qu’elle mette au monde un enfant en santé, bien sûr. » Une fille, Père prie pour une fille, pour que George reste l’héritier. Mais elle ne pouvait décidément pas mettre qui que ce soit dans la confidence, pas même Richard. N’était-il pas, après tout, fidèle à son frère le roi ? Dans un sens, elle espérait qu’il suivrait George, ainsi elle ne serait pas séparée de lui si jamais Père venait à trahir Edward. C’était une pensée un peu égoïste, beaucoup peut-être bien, mais elle ne pouvait s’empêcher de se raccrocher à elle. Oh, comme elle aurait été heureuse, s’ils avaient été fiancés, quelle dévouée épouse elle aurait été… elle était si déconcentrée par son rêve éveillé que ses pieds se prirent dans quelconque irrégularité du plancher et voilà qu’elle trébuchait, se raccrochant au bras de Richard comme un homme à la mer à la corde qu’on lui lance. Et tous ses efforts pour ne pas rougir s’avérèrent inutiles, puisqu’à sa gêne d’être seule avec Richard s’ajouta la honte d’être tombée. C’était une autre chose à ajouter à la liste des nombreuses réussites d’Anne Neville en matière de vie sociale, à n’en pas douter.

MADE BY PANDORA

Revenir en haut Aller en bas


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 15/08/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 144
◆ LOCALISATION : la cour du roi.

MessageSujet: Re: give me love, love ♦ (richard) Mar 27 Aoû - 23:07

Qui aurait cru que parmi toutes ces femmes nobles, Edward épouserait une roturière et qui est de plus, déjà mère et veuve ? Richard n’a jamais compris ce choix, mais peut-être plus que Richard Neville et les autres conseillers, alors que le plan était de lui faire épouser Bonne de Savoie, soeur de l'actuelle Reine de France. De plus, sa famille était partisane des Lancastre. Comment a-t-il pu être aussi à aveugle ? Richard n’avait que douze ans, en pleine éducation. Il ne comprenait pas vraiment, il écoutait en silence les opinions des autres, dont sa mère, son frère et les autres membres de la famille, des opinions haineux pour la plupart. Cette dernière était de nouveau enceinte du roi, prions que cela soit un fils ou ne prions pas. Elle avait déjà pour filles, Elizabeth et Marie. La chance était-elle avec la reine ? Richard en sera rapidement informé, non seulement par les réactions, mais par son frère également. Il en était heureux pour son frère, mais c’était tout. Il y aurait ensuite des festivités, il commençait à connaître cela par coeur, chaque fois, il s’isola dans un coin, mangeant et observant les gens alentour de lui et même, il se promenait avec Francis, son meilleur ami pour parler des personnes et d’autres choses également.

Richard attrapa doucement le bras d'Anne et ils commencèrent à marcher à travers ce long couloir, on pouvait entendre des murmures, des sourires hypocrites et bien autre chose. Richard se releva la tête, d'un air supérieur aux autres. Il regarda devant lui, écoutant les réponses à ses questions. Un sourire se dessina sur son visage sombre. Il était content de l'entendre répondre qu'elle était bien traitée. Néanmoins, il fronça légèrement les sourcils en l'entendant parler de la reine ainsi, elle était gentille ? Pourtant, elle ne semblait pas porter les Neville dans son coeur, il se tourna légèrement vers elle. Néanmoins, il préféra vraiment rien dire à ce sujet-là, se contenta de lâcher un léger sourire en coin lorsqu'elle termina de parler. Il y allait avoir un nouveau membre dans la famille, une autre nièce ou bien un neveu. Il regarda devant lui, tenant toujours Anne à son bras et se dirigeant vers la cour du château, mais soudainement, il a senti son bras tirer en quelque sorte, par réflexe, il sut retenir Lady Anne afin que cette dernière ne trébuche pas devant tout le monde. Il ne riait guère, mais il avait un large sourire. Richard lui tient le bras et sa main libre vient se poser sur ses hanches pour la retenir et la relever correctement. « Faites attention, le sol semble être glissant. » Lâcha le duc en riant légèrement, pour plaisanter bien évidemment. Le fils York lâcha ses hanches et plaça de nouveau son bras et lui fait placer sa main afin qu'elle puisse se tenir. « Tout va bien au moins ? » Dit-il finalement.

Richard se met à sourire et ils quittent le couloir pour sortir. « Dites-moi Anne, que savez-vous des projets de votre père ? Vous a-t-il promis un mariage ? Un nouveau.. » Faisant référence que le leur n'était plus à jour. D'ailleurs, il était curieux de savoir ce que le Faiseur de Roi avait en tête. Richard tourna doucement la tête vers elle, marchant côté-à-côte. Le temps était plutôt froid, les feuilles des arbres se soulevaient et le vent souffla. « Finalement.. peut-être préférez-vous que l'on rentre ? » Richard s'arrête de marcher, lâchant doucement son bras et se mettant devant elle.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: give me love, love ♦ (richard) Mer 28 Aoû - 0:31



Anne était bien trop embarrassée par ce qui venait de passer pour porter attention à la réaction de Richard ; et dans tous les cas, rouge comme elle était, il ne vit sans doute pas la différence dans la couleur que prit son teint lorsqu'il la rattrapa, une main sur sa hanche. Il lui arrivait parfois – souvent – de se demander s’il la trouvait jolie, et toutes les tentatives d’Anne pour avoir l’air d’autre chose qu’une enfant gâtée et un peu trop entichée se soldaient par des hontes publiques, comme celle-ci. Elle ne pouvait s’empêcher à la reine et de sire que, roturière ou pas, elle formait avec le roi un très joli couple. Ce qu’elle aurait donné pour avoir droit à un bonheur semblable avec Richard, qui était le seul garçon de la Cour à s’intéresser à elle – tous les autres ne regardaient qu’Iz, qui était plus âgée et plus jolie. N’importe qui d’autre se serait moqué de sa gaucherie, mais Richard s’enquit d’abord de son état. « Je vais bien », répondit Anne en tâchant de mettre le peu d’assurance qui lui restait dans sa voix. Elle esquissa un sourire et osa finalement regarder le duc dans les yeux. « Heureusement que c’est moi qui suis tombée, Excellence. Je n’aurais pas été à même de vous rattraper. » C’était dit sur le ton de la plaisanterie, bien sûr, même si c’était la vérité ; relativement de la même taille lorsqu’ils étaient enfants, Richard dépassait maintenant Anne de près d’une tête. « Vous vous seriez écroulé au sol et les témoins auraient pensé que j’attentais à vos jours. »

Richard enchaîna ensuite sur le sujet redouté du mariage que son père comptait lui faire contracter. D’un côté, Anne espérait que c’est vers quoi la conversation dériverait. De l’autre, et c’est lui qui prenait le dessus, elle craignait de se heurter à des sentiments non-partagés. Lui avait-on parlé des projets de Père ? Elle mit quelques secondes à formuler sa réponse, incertaine des mots à utiliser ; Richard s’attendait-il à ce qu’elle manifeste de la tristesse ? Pire encore, bien pire, pensait-il qu’elle n’était pas au courant, qu’elle ne l’aimait pas ? « Père », commença Anne, mais les mots étaient bloqués dans sa gorge, puisqu’il s’agissait de mots qu’elle avait espéré ne jamais avoir à prononcer, certaine qu’il était tout arrangé, son damné mariage. « Père se concentre davantage sur le mariage d’Isabel, en ce moment. Elle est plus âgée et plus impatiente que moi. » La question était ainsi habilement détournée, n’est-ce pas ? Anne avait presque envie de pleurer, encore incapable de faire le deuil de son mariage avorté, mais l’air du dehors et le vent glacé sur son visage lui redonnèrent un peu de contenance. « On ne m’a pas encore promis de mariage », dit-elle simplement, évitant de croiser le regard de Richard. « Et dans tous les cas, je ne suis pas pressée. Je prie davantage pour que l’Angleterre ait un héritier mâle que moi un époux. » Comme c’était joliment dit, comme Père aurait été fier d’elle, elle en était certaine. Il était hors de question qu’elle se ridiculise davantage devant le duc en étant nostalgique de ce qui n’avait pas été et ne serait jamais. Il lui fallait conserver d’abord et avant tout sa dignité, son honneur ; elle était une Neville, et les Neville ne pleuraient pas.

Le temps se corsait, au dehors, et Anne fut soulagée d’entendre Richard lui proposer de rentrer le premier ; voilà qui lui donnait une occasion d’être la plus forte, de jouer comme ils le faisaient étant enfants. « Il ne fait pas si mauvais. Seriez-vous allergique au vent et à la pluie, Excellence ? » En vérité, l’air froid lui faisait du bien, lui permettait de garder ses idées en ordre. Elle leva les yeux pour contempler le ciel ennuagé, s’efforçant de chasser ses rêveries. N’aurait-il pas été plus facile de couper directement tous ses liens avec Richard, pour éviter de blesser davantage ? S’il avait refusé leur mariage, le roi donnerait certainement son accord pour un autre et Richard aurait une épouse, une duchesse qu’Anne devrait servir. La pensée lui retournait l’estomac. Je mérite Richard, ne pouvait-elle s’empêcher de penser, elle qui avait toujours été si polie et honorable. Elle retira son bras de l’étreinte de Richard et se distança un peu, lui tournant le dos. La cour était presque vide, ceux dotés de décence fuyant l’orage.

MADE BY PANDORA

Revenir en haut Aller en bas


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 15/08/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 144
◆ LOCALISATION : la cour du roi.

MessageSujet: Re: give me love, love ♦ (richard) Mer 28 Aoû - 2:19

Richard se nourrissait d'une haine profonde pour les ennemis, déterminé à éliminer tous ceux qui lui causeront des problèmes et à sa famille également. Les Lancastre en faisaient partie, si Lord Warwick venait à changer de camp, ça ne serait pas bon pour le royaume et c'est surtout un acte de trahison, entraînant ses filles dans tout cela. Richard s'était pris d'affection pour Anne, une amie qui lui est chère, mais si elle devait quitter loin à cause de son père, il ne sait pas comment il devrait réagir, si ce n'est que combattre l'ennemi ? Richard Neville était fort proche de la famille, mais l'ambition semble prendre le dessus sur la réalité des choses. C'est un peu pour cela que ces temps-ci, remarquant le changement de George, il se méfie d'eux. Anne venait de trébucher ou presque, il a pu empêcher le pire et heureusement, il n'y avait presque pu personne près d'eux, sûrement qu'on aurait entendu des rires moqueurs. Richard était heureux de l'entendre; elle allait bien. Il se met légèrement à rire, en effet, elle n'aurait pas su l'attraper. « Bien sûr que non... ce n'est pas une petite chute qui va me tuer. » Dit-il en riant.

Sortant enfin du château, l'air était étouffant dans le couloir, mais celui de l'extérieur était plutôt froid, mais cela faisait du bien. Curieux de savoir les plans de Richard Neville, il alla direct au but. Il la regarda dans les yeux tout en l'écoutant parler. Il baissa légèrement la tête et au fond il était soulagé de savoir qu'elle n'était pas promise à un autre. Il la releva aussitôt pour lui faire face. « Ce jour viendra tôt ou tard... » Même si Lord Warwick faisait marier sa première fille, Isabel, il en avait une seconde pour une seconde alliance. Le vent souffla sur son visage, il avait déjà un bon petit manteau sur le dos et il n'y avait que sa peau découverte sur son visage et ses mains qu'il pouvait sentir la fraîcheur du temps. « Cela ne me fait pas peur d'être sous la pluie, mais vous... vous pourriez attraper froid. » Il sourit légèrement lorsqu'elle regarda le ciel, il en fit de même et lâchant un léger soupire. Tant de choses se bousculaient dans sa tête, tant de choses qu'il devait garder uniquement pour lui.

Lorsqu'il rebaissa la tête, Anne était dos à lui. Richard fronça un peu les sourcils et il s'approcha d'elle, posant la main sur son épaule. « Anne... » Dit-il dans un murmure. Le duc de Gloucester s'approcha à nouveau et pour lui faire face. La pluie commença à tomber, quelques gouttelettes par-ci et par là. « On va finalement me marier..» Finit par dire Richard. Il ne savait pas comment le dire, alors autant y aller honnêtement. Il ne savait pas non plus comment Anne allait réagir, mais au fond, elle s'en foutait peut-être aussi. Elle avait sûrement envie d'un autre homme, un prince qui sera toujours à ses côtés et qui saura prendre soin d'elle. Richard plongea son regard dans le sien. « On a annoncé mes fiançailles ce matin... » Devait-il continuer ? Il s'arrêta à cela, presque personne n'était encore informé, c'était une nouvelle toute fraîche et même lui, il ne s'en était pas remis, à vrai dire, il espérait être encore libre. Quoi qu'après, c'est un homme, il sera toujours libre, mais pas par union. Le vent s'éleva davantage et les nuages devenaient gris rapidement.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: give me love, love ♦ (richard) Mer 28 Aoû - 4:21



Dieu la punissait, Il se moquait cruellement d’elle. C’était ça, ça ne pouvait qu’être ça : Dieu la punissait d’avoir été égoïste et d’avoir souhaité son bonheur avant celui des autres, son bonheur avec Richard, en le lui enlevant pour toujours. Ce qu’il lui disait se perdait se mélangeait dans son esprit. Une seconde il s’inquiétait qu’elle risque d’attraper froid, riait de ses plaisanteries, la regardait comme personne d’autre jamais ne la regardait… et l’autre seconde voilà que tout s’envolait, que le sourire de Richard disparaissait et qu’il lui annonçait qu’il n’allait pas l’attendre, que le roi avait prévu pour lui un autre mariage. La nouvelle lui fit l’effet d’une gifle en plein visage mais elle n’en laissa rien paraître, laissant dériver son regard quelque par par-delà l’épaule de Richard. Elle était persuadée qu’elle éclaterait en sanglots si elle croisa son regard tant grand était le choc que lui causait la nouvelle, puisque Père avait promis. Était-il au courant, était-il en colère ? L’influence du comte Warwick sur le roi avait jadis été si grande, ne pouvait-il pas, aujourd’hui encore, le persuader de changer d’idée ? C’était trop pour Anne, trop de chagrin et de déception à la fois, et elle n’avait qu’une envie : retourner à Warwick Castle et ne plus jamais en sortir, passer le restant de ses jours confinée dans sa chambre à ne rien faire d’autre que regarder le plafond. Comment donc pourrait-elle regarder Richard en face à nouveau, comment pourrait-elle supporter de se trouver en présence de celle qu’il allait épouser ? Non, non, ça ne pouvait pas être véritablement en train de se passer, elle ne méritait pas pareille souffrance.

Une part d’elle-même voulait maudire celle qui allait lui voler son bonheur, maudire Richard de se laisser ainsi manipuler par sa famille, maudire le sort de s’acharner sur elle. Elle avait envie de pleurer, de crier, de courir voir Père et le supplier de faire quelque chose. Mais l’autre part d’elle-même, celle qui était digne et toujours contenue,  eut comme d’habitude le dessus. « Voilà qui est fort bien, Excellence ; j’en suis à dire vrai plus qu’heureuse. Avec un peu de chance, votre épouse vous donnera les fils que la reine semble incapable de donner au roi. » Elle avait parlé sur le coup de la colère, une attaque contre les York, contre Richard, contre la reine, celle par la faute de qui leur mariage ne s’était pas fait. C’était vain, terriblement vain et enfantin, des paroles dont elle ne tirait nulle fierté. Mais c’était ce qu’elle ressentait. « Vous avez raison. Le temps est de plus en plus mauvais à Londres. Je crois que je vais dès que possible demander à mon père de me laisser retourner à Warwick Castle, où la température est parfois plus clémente. » C’était un mensonge, bien sûr, puisque quitter la Cour et ne plus voir Richard briserait certainement son cœur, mais elle souhaitait le blesser comme lui la blessait, maintenant.

De grosses gouttes de pluie se mirent à tomber, qui vinrent s’écraser sur les joues d’Anne. Elle les sentait couler le long de sa mâchoire et dans son cou, rappels glacés que tout ceci était la réalité et non un très mauvais rêve, un cauchemar dont elle était incapable de se réveiller. Tu dois rêver, pourtant, se dit-elle, tu rêves sûrement. C’était en fait la réponse à la plupart des questions : Richard ne pouvait pas l’aimer, si le voilà qui acceptait d’en épouser une autre. Il ne pouvait pas l’aimer, s’il lui annonçait la chose si platement, il ne pouvait la considérer que comme une amie, rien de plus. Mais il lui avait offert son bras, il lui avait évité de tomber, il s’était enquis de sa vie à la Cour, de son bonheur… il ne pouvait que s’être moqué d’elle depuis le début, de ça elle était certaine, maintenant.

MADE BY PANDORA

Revenir en haut Aller en bas


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 15/08/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 144
◆ LOCALISATION : la cour du roi.

MessageSujet: Re: give me love, love ♦ (richard) Mer 28 Aoû - 5:06

La pluie avant le beau temps ? Allait-il avoir un beau temps avec ce qu'il venait de dire ? À vrai dire, il ne se souciait même plus de la température. Avec l'annonce de ses fiançailles, Richard espérait garder cette amitié entre Anne et lui. Richard allait bientôt marier, il fallait seulement attendre la jeune fiancée, la française et les termes du contrat également. Le roi en avait décidé ainsi, puisqu'il n'avait pas épousé une proche parente du roi, c'était lui, le benjamin de la famille qui allait le ''remplacer'', mais avec la nièce de Louis XI. Voilà, c'était enfin dit. Elle l'apprenait de sa bouche à lui et non celle d'un autre. Était-ce mieux ainsi ? Cela ne garantit pas qu'il se prendrait d'affection pour la française, ayant un coeur de pierre, seules quelques personnes ont ce privilège d'être dans son coeur, dont Anne Neville. Il ignorait complètement comment celle-ci allait réagir, mais à vrai dire, elle ne semblait pas non plus indifférente. Richard fronça les sourcils à ce qu'elle venait de dire, était-ce sarcastique ou bien souhaitait-elle vraiment son bonheur ? Cela ressemblait plus à du sarcasme. « Cela viendra, j'en suis sûre. Comment ne pourrait-elle pas donner de fils à un roi ? Il s'en lassera... Je suppose. » Probablement. Avoir un héritier était primordial pour un noble et encore plus pour un roi.

Étrangement, il avait la gorge nouée, non, il n'avait pas envie de pleurer puisqu'il n'y avait pas de raison, mais il sentait un malaise entre eux et il se sentait mal, aussi étrange que cela peut paraître. « Si tel est votre désir... de repartir loin de la cour. » Loin de lui. Richard soupira et il tourna la tête, se fichant complètement de la pluie, d'attraper froid. Il avait la tête ailleurs et il ne savait pas comment réagir face à une telle situation. Il n'a jamais été doué avec les femmes et il ne le sera jamais. Richard retira son manteau, ayant encore deux couches de vêtements sous cela. Il s'approche d'Anne pour lui mettre sur les épaules, lui faisant doucement tenir les bouts afin que le manteau ne tombe pas au sol, d'ailleurs de la boue commençait à se former à force. « Je ne vous souhaite pas malade, Lady Anne... mais plutôt heureuse et en santé. » Il passe ses pouces sur ses joues pour retirer l'excès d'eau causée par la pluie, même si cela ne servait à rien. Richard se recula de quelques centimètres tout en la regardant, tout le monde était rentré sauf eux. Comme si le temps s'était arrêté et que plus rien ne comptait à présent. « Je n'ai pas choisi ce mariage, on me l'a imposé... je n'ai jamais vu son portrait.. d'ailleurs, cela m'importe peu, je ne fais qu'obéir à Sa Majesté, le roi. Si je pouvais m'y imposer... je le ferai. » Pour le moment, il ne le faisait pas, mais dans le futur, tout changera. Il en était persuadé, il ne restera pas la marionnette de la couronne toute sa vie. Si sa mère préférait George, qu'il en soit ainsi et si Edward préféré les courtisanes plutôt que son trône, c'était son choix, mais Richard n'allait pas prendre cette direction-là. Il en sera autrement pour lui.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: give me love, love ♦ (richard)

Revenir en haut Aller en bas
 

give me love, love ♦ (richard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Manifestation au resto love love.
» [ Joelol47 - Fritelle { F.S } ] RESTAURANT LOVE-LOVE.
» [Fritschou] Manifestation réalisé dans le "RESTAURANT LOVE-LOVE" et le "RTS - La Librairie"
» love and hate
» Habbo Love 2007 = Pourrave

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WARS OF ROSES ♕  :: La Rose Blanche :: Palais de Westminster :: Premier Etage :: Couloirs-