AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 The secret garden - PV William Herbert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité


MessageSujet: The secret garden - PV William Herbert Mer 28 Aoû - 21:34

Elle avait toujours aimé les jardins du Palais de Westminster.  Surtout au printemps, quand les fleurs renaissaient, quand les branches des arbres retrouvaient soudainement leurs feuilles si vertes, si vivantes … Elle aimait l’odeur des sureaux en fleurs, et la beauté du paysage gris et pluvieux si commun à l’Angleterre. D’ailleurs, elle se demandait souvent si elle aurait pu vivre dans un pays où il n’y avait ni pluie, ni brouillard, ni temps grisâtre.
Elizabeth se laissa guider par ses pas vers la Tamise. Elle aimait se trouver face à ce fleuve si immense, si calme, si majestueux. Elizabeth avait toujours aimé les jardins du palais royal, comme tous les autres jardins d’ailleurs : le calme, la nature lui avait toujours plu. Cela l’aidait à réfléchir. Elle adorait la Cour, mais être constamment entourée de nombreuses, parfois trop nombreuses, personnes l’étouffait. Elle avait toujours été une personne froide, peu chaleureuse, alors c’était toujours lorsqu’elle était seule qu’elle réfléchissait le mieux, qu’elle agissait le mieux.

Elle serra sa cape en fourrure un peu plus contre elle. Le soleil était certes présent, mais la température restait tout de même assez basse. Elizabeth aurait dû se retrouver autour du feu avec ses sœurs, chantant et discutant joyeusement –elle eût un léger ricanement en s’imaginant une image pareille. Elle n’était pas comme elles. Ses sœurs étaient trop joyeuses, vaniteuses, elles manquaient d’ambition. Elizabeth étaient beaucoup plus proches de ses frères et, souvent, elle se demandait comment la vie aurait été si elle avait été un homme. Elle aurait été puissante, trop puissante. Mais elle était une femme, et son devoir était de donner des fils à son mari, et de potentiels héritier du trône à son frère, et cette dernière perspective l’excitait plus qu’elle n’aurait pu l’admettre.

 Si la reine n’avait pas de fils, elle ne s’en remettrait pas, mais ce serait le salut d’Elizabeth. Les deux femmes s’appréciaient énormément, et Elizabeth savait qu’elle pouvait confier à sa reine, tout et n’importe quoi, même les choses les plus horribles. Et pourtant, elle se trouvait là, à souhaiter le malheur de sa plus digne de confiance confidente.

 Elizabeth soupira, avant de se retourner. En voyant William approcher, elle eût un léger sourire.

« - Monsieur le Comte.

 La jeune femme esquissa un léger mouvement de tête. Elle avait toujours apprécié William, malgré le fait qu’il soit plus jeune qu’elle de sept années. Comme elle, le jeune comte de Pembroke aimait se promener dans les jardins du Palais de Westminster, c’était d’ailleurs de cette manière qu’ils s’étaient rencontrés.

- Accepteriez-vous ma compagnie durant votre promenade ? »

 Elizabeth appréciait William. Au fur et à mesure qu’ils avaient commencé à se parler, elle avait découvert en lui une personne bienveillante et digne de confiance. Elle savait qu'elle pouvait lui confier n'importe quoi -elle se posait tout de même certaines limites. Et des fois, elle se surprenait à vouloir lui parler tant sa conversation était agréable.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert Jeu 29 Aoû - 23:24


These hearts adore
Everyone the other beats hardest for
Inside this place is warm
Outside it starts to pour

Les jardins étaient un endroit de prédilection pour William lorsqu'il voulait se vider la tête ou simplement prendre de l'air un peu. Ces temps-ci, sa vie était des plus mouvementée. Comme la vie au palais d'ailleurs... Mais pour ce qui était de sa vie sentimentale, il collectionnait toujours les conquêtes certes, mais il avait également fait de son épouse une femme [ouais bon je ''fastforward'' un peu sur mon rp avec Mary, mais tout le monde sait que ça s'enligne pour ça ^^]. Et ce qui le troublait le plus, c'est qu'il l'avait fait parce qu'il le voulait réellement. Il avait vraiment désiré Mary Woodville, un sentiment plutôt troublant et nouveau pour lui. Il ne l'avait pas fait parce que la sœur de celle-ci Elizabeth lui avait fait clairement comprendre que s'il ne consommait pas son mariage, elle pouvait trouvé des dizaines d'autres prétendants pour sa sœur. Non. Quoique cela aurait été une bonne raison dans d'autres circonstances.

Mais puisque les deux sœurs se disaient tout... Si Mary venait à dire la nouvelle à sa sœur, peut-être que celle-ci allait révéler les sous-entendus qu'elle avait fait à William... Et alors Mary allait se sentir bafouée. Avant cette nuit bien étrange, William ne se serait pas fait de mauvais sang avec ça, il ne prenait pas vraiment en compte ce que son épouse pouvait penser, mais maintenant... Pourquoi tout devait-il devenir aussi compliqué? Il pourrait aussi faire comme si rien ne s'était passé et revenir à sa vie simple d'avant...

L'idée devenait si tentante pour William que cela l'exaspéra. Il était vraiment irrécupérable comme homme. Le comte était en plein dans ces pensées lorsqu'il vit de loin Elizabeth de York, la sœur du roi. Un sourire éclaira son visage. Il adorait parler avec elle lors de ses promenades dans le parc. Il savait que la jeune femme était souvent reconnue pour être quelqu'un de froid et qui ne cherchait pas nécessairement à avoir de nouveaux contacts avec des gens, mais avec lui cela semblait différent. Les deux jeunes gens s'étaient tout de suite bien entendus et avaient même commencé à se confier de plus en plus l'un à l'autre. Ce qui étonnait William autant qu'Elizabeth, puisque les deux n'étaient vraiment pas de nature à faire ce genre de choses.

Le jeune homme était maintenant rendu presque à la hauteur d'Elizabeth et celle-ci se retourna avec un sourire lorsqu'elle se rendit compte qu'il était là et le salua.

« Duchesse », fit-il en inclinant la tête et avec un large sourire sur ses lèvres.

« Accepteriez-vous ma compagnie durant votre promenade ? » , lui demanda alors Elizabeth.

William lui tendit son bras en guise de réponse, pour qu'elle y glisse le sien.

« Mais comment pourrais-je refuser, dites-moi? », dit William.

Les deux jeunes gens commencèrent donc à marcher ensemble. Au bout de quelques secondes de silence (William était quelqu'un de bavard), le comte demanda :

- « Alors comment se déroule votre palpitante vie? Vous aimez toujours autant votre mari? »,
demanda t'il, avec un sourire taquin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert Ven 30 Aoû - 15:54

Elizabeth prit volontiers le bras de William et y glissa le sien, sans pour autant perdre le léger sourire qu’elle arborait depuis qu’elle avait aperçu le Comte. Son sourire s’élargit en entendant la flatterie de William. Elizabeth n’était pas vraiment le type de personne à avoir des amis ou à en vouloir, mais elle savait qu’elle pouvait considérer William comme un de ses -rares- amis le plus fidèle, juste après la reine.

« - Je ne sais pas, peut-être auriez-vous préférer rester seul ? »

 La jeune femme avait remarqué la mine songeuse que William trainait avec lui avant qu’il ne l’aperçoive. Etait-ce la reine qui l’embêtait au sujet de sa femme, Mary ? Cela n’aurait pas étonné Elizabeth : elle savait que la reine voulait que ce mariage soit consommé.

Le jeune comte engagea rapidement la conversation. Elizabeth le savait bavard, et la question qu’il lui posa la fit éclater de rire. Malgré tout ce qu’on aurait pu croire, sa vie n’avait rien de palpitant. Elle était la sœur du roi, certes, mais elle était cachée dans l’ombre de l’éclatante reine d’Angleterre, et dans celle de sœur, la duchesse de Bourgogne. Elle aurait aimé être la dernière de la portée, elle aurait aimé ne pas avoir été marié si jeune, et surtout, elle aurait aimé être mariée à un duc régnant, ou encore mieux, à un roi. Sa vie n’était en vérité que complots, intrigues et pouvoir, encore et encore, encore et toujours.

« - Ma vie n’a vraiment rien de palpitant, lui répondit Elizabeth, un sourire amusé aux lèvres. Mon mari m’est toujours aussi attentionné et agréable qu’aux premiers jours de notre mariage, et je ne m’en plains pas. Mais votre vie, monsieur le Comte, doit être beaucoup plus excitante et palpitante que la mienne. Vous êtes, après tout, jeune et dans la fleur de l’âge, ajouta-t-elle, taquine.

Elizabeth détourna un instant les yeux du beau visage de William, et se concentra quelques instants sur la Tamise toujours aussi calme, disciplinée que d’habitude. Tout ce qu’il y avait de passionnant dans sa vie, devait rester secret, bien évidemment.

- Comment va votre épouse ? Elizabeth tourna la tête vers William. Votre devoir est-il finalement accompli, si ce n’est pas trop indiscret ? Ajouta-t-elle rapidement : elle ne désirait pas embarrasser son interlocuteur. »

Elizabeth pouvait comprendre que William ne veuille pas heurter la sensibilité et l’innocence de la jeune, de la trop jeune Mary Woodville. Mais ce mariage devait être consommé, et de toute manière, s’il l’avait été, Elizabeth le saurait tôt ou tard, comme toute la Cour. Il était totalement impossible de posséder une vie privée lorsqu’on était noble, et cela, tout le monde le savait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert Sam 31 Aoû - 20:14


These hearts adore
Everyone the other beats hardest for
Inside this place is warm
Outside it starts to pour

William se sentit tout heureux lorsqu'il vit à quel point Elizabeth semblait être cotnente qu'il soit là. Non pas qu'il doutait de son amitié, loin de là, mais la jeune femme avait plutôt la réputation d'être froide et d'avoir peu d'amis à ses côtés. Il savait bien que ce n''était pas les prétendants ou les prétendantes qui manquaient, mais c'était Elizabeth qui choisissait de façon minutieuse ses amitiés. La voir ainsi sourire en sa présence le rendait donc, en quelque sorte, fier. Et en plus, avec tout ce qui se passait dans sa tête, il ne pouvait nier que cela faisait du bien.

« Moi, vouloir être seul? Je croyais que vous me connaissiez mieux que cela, chère Elizabeth! Je suis à mon meilleur lorsque je suis entouré des bonnes personnes... Ce que je devrais d'ailleurs changer sur moi... », termina t'il, comme dans ses pensées.

Alors que le jeune homme lui avait posé sa question, et avait reçu la réaction escompté, il fut surprit que la conversation se détourne d'Elizabeth pour se diriger vers lui. Il n'aimait pas vraiment parler de lui-même et de ses tracas, mais bon... Avec Elizabeth, il pouvait faire une exception de temps en temps.

«  Ma vie, excitante? Je crois que vous ne m'écoutez pas quand je parle... Remarquez que je ne vous en tiens pas rigueur, mes propos doivent être assommants parfois », dit William, en riant. « Mais c'est les mêmes histoires de mariage et de pouvoir qui se passe... Plus quelques aventures parfois », fit-il, avec un clin d'oeil.

Elizabeth resta alors quelques instants silencieuse, détournant son regard de lui. William profita du silence quelques instants ( oui oui, il en était capable!) pour admirer ce paysage qu'il connaissait maintenant pratiquement par cœur. Il s'était tout de même habitué très vite à la vie à la Cour. Il était auparavant quelqu'un qui aimait l'action, qui aimait se battre sur les champs de bataille... Qui n'imaginait même pas quel genre d'homme il serait s'il était marié. Et le voilà à se promener sagement dans les jardins du palais, à discuter comme un parfait gentleman. Décidément, ces dernières années l'avaient changé...

À la soudaine question d'Elizabeth, William eut un air surprit. Comment faisait-elle pour lire dans ses pensées ainsi à chaque fois? À croire qu'elle le connaissait depuis beaucoup plus longtemps qu'il ne le croyait! Mais bon, cela lui ferait peut-être du bien d'en parler et puis... Toute la Cour finirait par le savoir, après tout c'était tout de même la petite sœur de la Reine.

- «  Je peux bien vous le dire à vous.... Et puis, tout le monde finira par le savoir de toute façon. Notre mariage est enfin consommé, si c'est bien ce que vous demandiez... Cela fait quelques jours à peine. Et je crois que Mary se porte bien... Enfin, mieux qu'avant. J'essaie d'être un meilleur époux voyez-vous? », fit-il, avec un pauvre sourire et un léger haussement d'épaules.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert Lun 2 Sep - 20:26

La duchesse sera un peu plus le bras de William, et lui lança un léger sourire. Elle ne savait pas que le jeune Comte avait aussi peu d’estime pour lui-même. Souvent, Elizabeth se demandait si elle connaissait aussi bien William qu’elle le pensait. Le jeune homme ne semblait pas tellement heureux, et elle se promit de faire en sorte qu’il aille mieux.

« - Oh, William. Vous êtes parfait tel que vous êtes, que vous soyez entouré, ou non. Surtout, ne changez rien. »

Elizabeth pensait vraiment ce qu’elle disait. William était une bonne personne, et elle aimait à penser que si elle avait eu dix années de moins, elle aurait adoré l’épouser. Elle lui lança le sourire le plus sincère qu’elle pût. Elle avait toujours été mauvaise pour remonter le morale des gens, elle était maladroite, trop froide, mais elle fit un effort pour ce si fidèle ami.

« - Non, vous êtes tout sauf assommant, rassurez vous, mon ami, lui avoua Elizabeth en déposant sa main libre sur le bras de William. Ah, les hommes, soupira t-elle, un sourire espiègle aux lèvres, à l’évocation d’aventures extra-conjugales. »

Alors qu’elle laissait son regard se perdre quelques instants sur la Tamise, Elizabeth se rendit compte d’à quel point elle aimait Londres. Certes elle aimait ses résidences dans le Suffolk et dans diverses régions de l’Angleterre, et le calme si reposant de la nature, mais la Cour, et l’agitation qui régnait continuellement dans la capitale Anglaise … C’était ici qu’elle était née, et c’était vraisemblablement ici qu’elle mourrerait, épuisée par les complots, par les jeux de pouvoirs. Elizabeth réprima un léger rire, elle était encore jeune, et elle pensait déjà au jour lointain –du moins, elle l’ésperait- de sa mort.

 En voyant le pauvre sourire de William, Elizabeth eût de la peine pour lui. Le jeune Comte devrait prendre une retraite de quelques jours, loin de la Cour, à la campagne.

«  - Nous sommes à la cour, William, soupira doucement la jeune femme. Il est évident que tout cela se saura très bientôt. Et, je suis sûre que, mis à part vos aventures –Elizabeth appuya légèrement sur ce dernier mot- vous êtes déjà un époux parfait. Tachez d’être attentionné à l’égard de votre épouse, votre ménage ne s’en portera que bien. »

Elizabeth savait que les aventures était dures à supporter, surtout pour une épouse aussi jeune qui ne comprenait peut-être pas toutes les choses de l’amour. Mais, les choses étaient ainsi, et on ne changeait pas les hommes, elle était bien placée pour le savoir.

« - Aimeriez vous, un jour, faire une balade à cheval dans la forêt d’un de mes châteaux près de Londres ? Je suis sûre que le calme de la forêt et de la nature vous fera un bien fou. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert Lun 2 Sep - 21:04


These hearts adore
Everyone the other beats hardest for
Inside this place is warm
Outside it starts to pour


Alors que William avait laissé échapper une petite remarque sur le fait qu'il se trouvait mieux lorsqu'il y avait plus de gens autour de lui, Elizabeth lui serra doucement le bras et lui lança un de ses adorables sourires. Le comte lui rendit son sourire et monta légèrement son bras pour déposer un baiser sur la main de la jeune femme.

« Merci Elizabeth... Et je ne comptais pas me changer, non plus... Mais il est vrai que je devrai apprendre à... me connaître un peu mieux peut-être? Enfin bref, je ne souhaite pas que l'on fasse mon profil psychologique en une si belle journée », ajouta t'il, en riant.

Ensuite, Elizabeth lui assura qu'il était tout sauf assommant, ce que William doutait toujours, mais il teint cette remarque pour lui-même. Il choisit plutôt de rire à la petite exclamation de son amie au sujet des hommes.

« Que veux-tu! C'est plus fort que nous, j'imagine! En tout cas, c'est certainement plus fort que moi », fit-il avec un sourire coquin.

Lorsqu'Elizabeth répondit à William au sujet de son mariage, celui-ci passa sa main libre dans ses cheveux, d'un air embêté.

« Époux parfait, j'en doute fort... En tout cas, au visage tourmenté de Mary et aux rumeurs que j'entends parfois à mon sujet, enfin au sujet de notre mariage, je ne crois pas que c'est le cas. Et pourtant, je me dis qu'il y a tant de personne dans mon cas. Je veux dire qui ont eu un mariage d'arrangement, politique et non d'amour. Alors, j'imagine que je ne dois pas être le pire, non? », fit William.

Il avait pensé un peu à voix haute, car ces paroles ne lui avaient pas vraiment traversées l'esprit avant de sortir, mais cela prouvait qu'elles n'étaient qu'encore plus sincère. Et il savait qu'il pouvait l'être totalement avec Elizabeth et c'était ce qu'il aimait de leur relation. Si les circonstances avaient été différentes, il lui aurait probablement demandé sa main bien avant. Mais le monde était ce qu'il était et, de plus, il ne pouvait nié qu'Elizabeth était tout de même plus vieille que lui de quelques années (quoique cela ne lui importait guère).

« - Aimeriez vous, un jour, faire une balade à cheval dans la forêt d’un de mes châteaux près de Londres ? Je suis sûre que le calme de la forêt et de la nature vous fera un bien fou. » , lui demanda alors la jeune femme.

La réponse de William fut un sourire enfantin qui vint instantanément illuminer son visage.

- « Mais bien sûre! J'adorerais, à vrai dire! Être loin de la Cour et, en plus, à vos côtés, il ne peut y avoir de meilleurs agencements! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert Sam 7 Sep - 18:50

Elizabeth perdit quelque peu son sourire. En vérité, elle ne savait pas tellement quoi répondre à William. Elle lui donna un petit sourire quand il baisa sa main et se tût ensuite, baissant la tête.
Elle frissonna quelque peu en sentant un vent léger, mais froid s’infiltrer dans sa cape. Mais très rapidement, le rire provoqué par la réplique de William la réchauffa quelque peu.

« - Voyons William, nous savons tous les deux très bien qu’aucun homme ne peut résister à un sourire charmeur ou à une épaule dénudée. »

Et c’était une chose vraie. Toutes les femmes mariées de ce royaume savaient que les hommes n’étaient pas fidèles, mais la duchesse de Suffolk avait eu de la chance : elle était tombée sur un homme qui avait la décence de cacher ses infidelités.

Elizabeth sourit en voyant William passer une main dans ses cheveux bruns, gêné. Elle espérait qu’elle ne l’avait pas offenser avec toutes ces questions indiscrètes, mais elle voulait toujours tout savoir, et elle considérait le jeune comte comme un frère cadet de plus. Mais un frère cadet un peu spécial : elle savait que si cela était nécessaire, elle pouvait lui raconter tout ce qu’elle désirait.

Et le comte de Pembroke avait bien raison, il existait bien pire époux que lui, et Elizabeth en avait la preuve quasiment tous les jours.  Souvent, elle se souvenait de l’époux de sa sœur aînée : cet homme là était un véritable phénoméne, et Elizabeth n’avait croisé, depuis lors, aucun homme n’ayant atteint ce niveau de cruauté.

« - Même si votre mariage était parfait, il y aurait toujours des rumeurs. Alors n’en tenez pas compte, et faites ce que vous pensez qui est bon, lui conseilla Elizabeth. Je suis sûre que vous n’êtes pas le pire, le rassura t-elle. »

Le sourire enfantin qui vint illuminer le visage d’Elizabeth la fit sourire. A cet instant, il lui rappela ses jeunes garçons. D’ailleurs, elle ne les voyait pas tellement. Elle n’avait pas la fibre maternelle, et peut-être que –c’était plutôt très probable- elle se sentait coupable vis-à-vis d’eux … Mais elle se promit de les visiter plus régulièrement et elle espérait que cela leur ferait plaisir, qu’ils ne la prendraient pas pour une étrangère. Et pourtant, elle savait que ce serait le cas : elle était une étrangère pour eux, elle le savait.

« - Vous exagerez, je ne suis pas d’une aussi bonne compagnie, ria t-elle légérement. Mais je suis heureuse de savoir que vous apprécierez. »

A dire vrai, la duchesse était contente que William accepte. Elle adorait faire des balades à cheval, être bercée par le mouvement du corps musclé de sa jument, sentir l’air frais et pur de la campagne anglaise, mais un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal, surtout si elle était aussi plaisante que celle du jeune William. Et puis, le jeune homme désirait s’éloigner de la Cour, alors quoi de mieux que de se retrouver à la campagne avec une amie ?

« - J’espère que la présence de ma petite Cour ne vous dérangera, lui dit-elle, détournant un instant le regard de son visage. Mes gens sont très sympatiques, et ne nous dérangerons aucunement. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert Lun 9 Sep - 18:52


These hearts adore
Everyone the other beats hardest for
Inside this place is warm
Outside it starts to pour


Ayant le bras d’Elizabeth contre le sien, William sentit lorsque celle-ci frisonna. Il avisa alors la cape bien légère qu’elle portait, alors qu’il faisait frisquet en cette journée de printemps. William n’hésita donc pas à détacher sa propre cape, qui semblait d’ailleurs plus chaude que celle d’Elizabeth, et à en recouvrir les épaules de celle-ci.

- «Tenez, je m’en voudrais si vous attraperiez froid pas ma faute», fit William, en proposant de nouveau son bras à la sœur du roi.

Elizabeth éclata ensuite de rire à la réplique de William et celui-ci fit de même à la réponse que la jeune femme lui servit.

- «Vous n’avez pas tort, malheureusement! Il semble que les hommes sont bien faibles de ce côté… Pour ma part, ce sont surtout les sourires charmeurs mon faible! Le vôtre est magnifique!», dit William, avec un air angélique.
Le sujet dévia alors vers le mariage de William, sujet que celui-ci n’appréciait pas particulièrement, mais il avait tout de même décidé qu’Elizabeth pouvait être au courant si elle le désirait… Après tout, tout le monde finirait pas le savoir. La jeune femme lui répondit alors qu’il y aurait toujours des rumeurs, quoi qu’il ferait et qu’il devait simplement faire ce qu’il pensait qui était le mieux. Facile à dire, difficile à faire. En effet, n’ayant aucune expérience en la matière, en conséquence les mariages, et ayant plutôt de mauvais exemples ici, à la Cour, William se remettait sans cesse en question.

-«Oui, je suppose que vous avez raison. Mais… Je sais que c’est peut-être idiot et enfantin, mais parfois j’aimerais être dans la tête de Mary et savoir ce qu’elle pense de moi. Étonnement, ces derniers temps, son opinion compte beaucoup plus pour moi que vous ne le penserez. Ce qui m’étonne moi-même parfois…», fit William, avec un petit sourire.

Ensuite, après que William eût volontiers accepté l’invitation d’Elizabeth pour une petite expédition avec elle, le jeune homme découvrit une faille dans la carapace de la femme forte qu’était Elizabeth.

-«Pas d’aussi bonne compagnie? Non, mais vous plaisantez j’espère? Laissez-moi vous dire que si vous n’étiez pas de ‘si bonne compagnie’, je ne marcherais pas aussi souvent avec vous dans les jardins. Et non, bien sûr que la présence de votre Cour ne me dérangera pas. Je m’y suis habitué ici», dit William, en riant. «Et puis, nous serons tout de même plus proche de la nature qu’ici et cela me fera le plus grand bien. Et il y aura aussi toujours moins de monde. Alors n’essayez pas de vous départir de moi, car je pars définitivement avec vous!»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert Sam 14 Sep - 18:07

Elizabeth offrit un sourire reconnaissant à William lorsque celui recouvrit ses épaules de sa propre cape. Elle n’était certes pas frileuse, mais ce jour là, le vent de ce début de printemps semblait plus froid et rude qu’en tant normal.

Le jeune Duc était un ami sympathique et avenant. Certes, tout le monde l’était avec elle, elle était après tout la sœur du roi et une grande duchesse, mais ces attentions la touchaient particulièrement lorsqu’elles venaient de William. Elle lui adressa un nouveau sourire reconnaissant avant de glisser son bras dans celui qu’il lui tendait.

« - Je ne suis pas si fragile que cela, William, lui répliqua t-elle en levant les yeux aux ciels. Mais j’apprécie votre préoccupation. »

 Elizabeth ne put s’empêcher de rire après avoir entendu la réplique du jeune comte. Un sourire magnifique ? Elle ? Ce n’était certainement pas la première fois qu’on le lui disait, mais William, lui, avait l’air sincère. D’ailleurs, elle eu la légère impression qu’il tentait de la séduire, impression rapidement balayé par le vif vent printanier. Elle était bien trop vieille pour lui. C’est vrai, elle avait déjà sept ans lorsqu’il était né, et puis, le jeune William semblait n’être intéressé que par des conquêtes de son âge.

« - Je vous remercie du compliment, monsieur, lui répondit simplement Elizabeth. J’espère seulement que les beaux sourires de dames ne causeront pas votre perte, ajouta t-elle, un sourire complice aux lèvres. »

Le sourire complice d’Elizabeth se mua rapidement en une moue attendrie. Le comte semblait tellement vouloir bien faire qu’il en était touchant. Alors, calmement, elle écouta le jeune homme lui confier ses envies quant à son mariage avec la jeune Mary Woodville, lui dire qu’il avait envie de savoir ce qu’elle pensait, de tout, et surtout de lui … Elizabeth en vint rapidement à la conclusion suivante : William était pris d’une terrible affection pour sa jeune femme, et il semblait ne pas le comprendre, ou du moins, faire semblant de.

« - Monsieur, cela est tout sauf idiot ou enfantin de vouloir savoir ce que votre épouse pense … Elizabeth ne pût cacher son sourire amusé. Je pense, William, que vous êtes tombé sous le charme de cette délicieuse Woodville. »

La situation était amusante pour Elizabeth, et elle espérait sincèrement ne pas avoir effrayé William en lui disant ce qu’elle pensait de cette manière. Elle se voyait déjà être la « marraine la bonne fée » du couple, mais elle fronça rapidement les sourcils : ils étaient tous deux pourvus d’un cerveau, et mariés, ils n’auraient aucunement besoin de son intervention.

William était adorable. Il tentait de la rassurer en la persuadant qu’elle était d’une très bonne compagnie. Elle n’avait pas tellement d’amis –ceux qu’elle avait lui suffisaient amplement-, et personne ne lui disait cela, à part peut-être son époux, mais John faisait tout ce qui était en son pouvoir pour la rendre heureuse, alors ses compliments n’étaient pas tellement objectifs.

« - Alors partons dès que possible ! Lui sourit-elle. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert Ven 20 Sep - 19:48


These hearts adore
Everyone the other beats hardest for
Inside this place is warm
Outside it starts to pour

Alors que William recouvrait les épaules d’Elizabeth de sa cape, celle-ci émit un commentaire sur le fait qu’elle n’était pas si fragile que ça, ce que le comte de Pembroke ne releva pas… Un simple petit sourire entendu suffisait pour taquiner Elizabeth. Pas si fragile? Peut-être sur le point du caractère, cela il ne pouvait le lui enlever, mais pour la santé, c’était toujours à prouver. Et puis… les réactions d’Elizabeth étaient souvent plutôt amusantes lorsque William la taquinait sur ce point, comme si elle avait besoin de se prouver.

Alors que William mentionnait que le sourire d’Elizabeth était tout à fait irristible, celle-ci éclata de rire et celui de William se mêla au sien.

- « Causer ma perte? S’il y a bien quelque chose qui peut causer ma perte, c’est bien les sourires sublimes de jolies jeunes femmes! Alors essayez de ne pas trop vous inquiéter sur le sujet, très chère, parce que votre crainte est probablement réalité! »
, dit William, avec entrain.

Les paroles qui suivirent en surprirent pas autant William qu’il ne l’aurait cru… Ou qu’il ne l’aurait dû. Car, compte tenu de ses paroles, plusieurs auraient pu croire que l’idée qu’il avait des sentiments grandissants pour sa jeune épouse était bien loin de ses pensées. Cependant, il est vrai qu’il n’avait pas songé à la question, mais c’était comme si son esprit savait déjà qu’Elizabeth avait raison. William se passa une main dans ses cheveux, les ébouriffant un peu plus qu’ils ne l’étaient déjà, geste qu’il faisait souvent lorsqu’il était embarrassé.

Un court silence s’installa dans la conversation, chose étonnante compte tenu du caractère très bavard de William. Puis, un sourire heureux ébloui le visage du jeune homme et il tourna son regard vers Elizabeth :

- «Vous avez assurément raison, Elizabeth. Ce mariage n’était peut-être pas une si mauvaise chose que cela après tout… Vous savez, c’est peut-être un peu trop «fleur bleue» ou idéaliste de ma part, mais avant de me marier, je croyais réellement que j’allais pouvoir choisir celle que j’allais marier. Vous voyez, vivre le grand amour et tout? Comme ses Majestés par exemple. J’ai tombé de haut lorsque nous avons été mariés, Mary et moi… Et je crois que cela l’a affecté également. »
, dit William, disant ses dernières paroles d’un ton songeur, comme s’il se parlait à lui-même.
William sembla se rappeler de la présence d’Elizabeth juste à côté de lui et il tourna un regard vers elle, en lui faisant un petit sourire.

- «N’allez tout de même pas répéter cela à tout le monde, n’est-ce pas? On commencerait à douter de mon côté un peu trop féminin. Je souhaite garder mon image d’homme viril et parfait, vous comprenez?», fit William, avec un air blagueur.
Puis, alors qu’ils discutaient du fait que William irait avec Elizabeth à son domaine, le jeune homme répliqua :

- «Oui, dès que possible! Le baptême de la princesse Cécily approche à grands pas, alors je propose que nous partons après cet événement.»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert Mar 22 Oct - 13:57

Elizabeth serra un peu plus la cape que William venait de déposer sur ses épaules contre elle, tout en riant. Vraiment, les hommes étaient tous les même : un sourire charmeur, épaule dénudée, et ils étaient capable de décrocher la lune pour avoir une seule jeune fille.

« - Je prierais pour qu’il ne vous arrive rien de part la faute d’une jeune fille un peu trop jolie, sourit Elizabeth. »

Il était plutôt improbable que Dieu écoutes ses prières, mais Elizabeth s’y tentait tout de même. Elle était mauvaise catholique, et avait un nombre considérable de péchés reposants sur ses épaules. Mais Il lui pardonnerait, elle en était sûre : n’était-Il pas miséricordieux ?
Un court silence s’installa après qu’Elizabeth ait insinué que William était peut-être finalement tombé sous le charme de la jeune Mary. Les nombreuses –peut-être trop- filles Woodville étaient envoûtantes –peut-être trop-. Et à cause de cette beauté envoutante si commune à leur famille, on osait les accusées de sorcellerie. Cela sidérait Elizabeth : elle était très proche de la reine, et elle aimait croire en son histoire d’amour avec Edward, tout comme William.
Elizabeth écoutait attentivement les paroles de William. Il était adorable, un véritable chevalier qui ne rêvait que de trouver une magnifique et aimante princesse.

« - Vous étiez, William, comme tous les jeunes gens avant de vivre les désillusions du mariage, soupira Elizabeth en déposant sa main libre sur celle de William. Mais vous êtes tombé sur une délicieuse et vertueuse jeune fille, estimez-vous heureux. Et je suis sûre que Mary vous affectionne aussi beaucoup. »

William se tut un instant, et Elizabeth en fit de même. Elle inspira un instant l’ai frais de ce mois de mars. Elle adorait le printemps. Les fleurs renaissaient, Londres revenait à la vie. C’était d’ailleurs au printemps qu’elle avait rencontré John pour la première fois. Elizabeth avait vraiment eu de la chance de tomber sur un homme pareil, et tous les matins elle remerciait son défunt père d’avoir eu l’idée de la mariée à un tel homme.
Le jeune Comte de Pembroke lança un petit sourire à Elizabeth, sourire qu’elle lui rendit. La jeune ne pût retenir un ricanement.

« - J’emporterai votre secret dans ma tombe ! »

Elizabeth avait hâte que William vienne lui rendre visite en sa demeure de Wallingford. Il était vrai que le baptême de la petite princesse approchait à grand pas, et il était évident qu’elle devait assister à ces festivités.

« - Très bien, partons dès la fin des festivités. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The secret garden - PV William Herbert

Revenir en haut Aller en bas
 

The secret garden - PV William Herbert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» THEME PHOTO DU MOIS D'OCTOBRE 2012 : ROSE
» [Vidéo] Hero Factory 7167 William Furno
» [Blog] Bionicle Garden adventure in the darkness
» William Cavendish
» [SMC - peinture]l'armée du chaos d'herbert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WARS OF ROSES ♕  :: Un, deux, tois ... Ripaillez ! :: Les anciennes missives :: IRP-