AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 « Animals don't hate, human does. » - PV Henry Holland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité


MessageSujet: « Animals don't hate, human does. » - PV Henry Holland Jeu 29 Aoû - 17:38

{Comté d’Huntington 1460} - « Animals don't hate, human does. » feat Henry Holland

Les appartements de la duchesse d’Exeter avaient quelque chose de rassurant, de maternel.  Le mobilier clair et lumineux contrastait avec l’allure sombre du château et le temps grisâtre si commun à l’Angleterre. Au contact de la main d’Anne sur la sienne, Elizabeth lui lança un sourire mélancolique.

« - Elizabeth, je te promets que tout ira bien. Va donc retrouver mère maintenant, et fais attention à toi. »

Elizabeth se jeta une dernière fois dans les bras de sa sœur aînée. Elle imprima une dernière fois l’image de son sourire bienveillant dans son esprit avant de se retourner, et de s’en aller. Honnêtement, Elizabeth se demandait si cette sombre journée d’automne allait être la dernière où elle verrait sa sœur. Anne était vraisemblablement la dernière personne de sa famille dont elle avait pu entendre la voix, sentir la délicieuse odeur et la réconfortante étreinte. Elles n’avaient jamais été très proches, mais la situation actuelle n’avait fait que renforcer leur lien.

Elizabeth savait qu’elle n’était pas la plus à plaindre, mais être mariée à un duc sans duché, et sans véritable titre l’agaçait tant que souvent, les larmes lui montaient aux yeux. Le royaume ne pouvait-il donc pas être en paix ? Son père serait roi, et il lui donnerait tous les titres qu’elle désirait, tous les titres qu’elle méritait. Mais pour l’instant, son père était en guerre, et la vie de tous les York était menacée. La jeune fille se massa nerveusement la tempe. Désormais, elle devait retourner auprès de sa mère et rester cloîtré dans sa demeure, sans son époux, sans ses amis. Et tout ce qu’elle pouvait faire, c’était prier pour que tout redevienne comme avant.

La jeune fille continua son chemin dans le lugubre château du duc et de la duchesse d’Exeter. Anne lui disait souvent que le château avait l’allure de son propriétaire, sombre et hostile. Cela l’amusait, à vrai dire. Le mauvais caractère du duc d’Exeter était connu dans tout le royaume, et l’horrible traitement qu’il administrait à sa femme et à sa fille l’était aussi. Elizabeth ne se souvenait pas tellement d’Henry Holland. Elle ne l’avait aperçu que quelques fois lorsqu’elle était plus jeune, à la Cour et au mariage de celui-ci, elle ne lui avait pas vraiment adressé la parole, mais elle le méprisait plus que tout. S’en prendre à sa propre femme sous prétexte qu’elle n’était qu’une York, et à sa fille sous prétexte qu’elle n’était que ce qu’elle était, était une chose pitoyable aux yeux d’Elizabeth.

Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua même pas l’arrivée du duc. Lorsqu’il passa près d’elle, elle lui fit une courte révérence, alors que le regard qu’elle lui lança lui montrait clairement qu’elle le méprisait.

« - Votre Grâce.

Elizabeth se releva rapidement. Pourquoi lui montrerait-elle du respect, alors qu’il n’en méritait pas ? De toute manière, très bientôt, ce serait Henry Holland qui s’agenouillerait devant elle.

- Alliez-vous visiter ma sœur ? Je ne pense pas qu’elle apprécierait votre compagnie, votre Grâce. »

Elle lui jeta un sourire narquois. Du haut de ses seize années, elle se trouvait être une jeune lady bien insolente.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Animals don't hate, human does. » - PV Henry Holland Mar 10 Sep - 9:18

Cela faisait presque une semaine qu'Henry avait fait son grand retour dans son duché d'Exeter, et il avait passé presque l'intégralité de son séjour dans son bureau afin de régler quelques affaires du domaine mais surtout de préparer la guerre... Le duc avait déjà eût son lot de batailles, il c'était même retrouvé emprisonné en 1455 par ses pires ennemis : Les Yorks. Ils n'étaient que des traîtres à leur patrie et à leur Roi légitime, ils ne pensaient qu'à leur propre intérêt.
Henry ouvrit la fenêtre de son bureau tandis qu'un serviteur réanimait le feu dans l'âtre. Il jeta un regard  à l'extérieur : le ciel était sombre et menaçant à l'image de l'humeur du maître de maison. Le Duc aimait sa demeure , mais depuis qu'elle était envahit de York être ici était une véritable torture. Sa femme d'abord, puis cette enfant que tout le monde considérait comme sa fille, pire encore, il avait apprit ce matin qu'Elizabeth d'York était venu rendre visite à son épouse. Henry avait la désagréable sensation d'accueillir tout les York du pays dans sa demeure et cela lui donnait tout simplement envie de vomir. 

L'homme passa une main sur son visage et sortit en trombe de son bureau, le serviteur qui se trouvait derrière la porte n'avait visiblement pas aperçut la porte qui se dirigea droit vers son visage. Un craquement sonore se fit entendre suivit d'une salve de gémissement. Henry ne s'en occupa pas outre mesure et continua son chemin...
Il n'était pas d'humeur et souhaitait tout simplement avoir une conversation avec son épouse à propos des visites impromptu des membres de sa famille. A dire vrai il ne lui laisserait pas le choix. Le prochain York qui mettrait les pieds ici finirait au cachot puis sur le billot, Henry y veillerait personnellement ! 

Alors qu'il se dirigeait à grand pas vers les appartements de sa femme, Henry eût la mauvaise surprise de croiser sa belle-soeur qui elle devait probablement en ressortir. Il avait dû la croiser alors qu'elle n'était qu'une simple fillette, en tout cas si il lui avait déjà parlé il n'en gardait aucun souvenir. 
Elle s'inclina devant lui. Mais cette révérence n'avait rien de respectueux Henry le savait pertinemment au vue du regard qu'elle lui jetait. Cette gamine osait lui manquer de respect à lui ? Alors qu'elle était sous son toit ? Le Duc n'appréciait guère cette conduite. Il inclina légèrement la tête.
"Madame"
Cette insolente souhaitait lui dicter sa conduite ? Et bien elle n'allait pas être déçus du voyage. "Mes affaires ne vous concernent nullement jeune fille. Vous devriez retourner dans les jupons de votre mère. Vous n'avez aucunement votre place ici." 
Henry lui jetait un regard glaciale. Il bouillonnait de l'intérieur, et ne souhaitait qu'une chose : donner une bonne paire de gifle à cette gamine qui le défiait....
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Animals don't hate, human does. » - PV Henry Holland Sam 14 Sep - 18:11

Madame ? Ce maudit duc Lancastre l’appelait donc madame ? Elle aurait tellement aimé lui rappeler qu’elle était une duchesse, comme lui, mais ce n’était pas le cas : il avait le titre, et les terres en plus. Elizabeth se mordit la lèvre inférieure. Elle avait voulu jouer les justicières et rabattre le claquet du pire époux du monde, et à la place, elle se ferait sûrement tuer, et sa magnifique tête serait placée sur une pique devant le lugubre château des ducs d’Exeter.

Mais elle avait voulu jouer les insolentes, alors elle les jouerait jusqu’au bout. Elle tenta de ne pas trembler au son de la voix grave et dure du duc Henry et à la vue de son regard glacial, mais en vain. Néanmoins, elle prit son courage à deux, et, avec toute la dignité qu’elle avait héritée de sa glorieuse lignée, elle lui répondit.

« - Votre Grâce, est-ce là une manière de parler à votre sympathique belle-sœur ? Fit-elle, un sourire ironique aux lèvres. Je n’étais pas au courant que ma sœur était interdite de visite. La tiendriez-vous prisonnière, monsieur le duc ? »

Ses parents lui avaient toujours dis que son insolence serait sa perte. Ses sœurs étaient obéissantes, pieuses et calme, et sa mère en était heureuse. Mais elle, elle était tout le contraire de ces sœurs tellement parfaites. Et pourtant, Anne était son amie, sa confidente.

Elizabeth jeta un regard fier et déterminé  à son beau-frère. Mais en réalité, elle tremblait de peur au plus profond d’elle-même. Pourtant, elle aimait jouer avec les nerfs de ce maudit Lancastre, et elle espérait qu’elle ne soit pas retrouvée morte dans de mystérieuses circonstances.

« - Et, monsieur le duc, il semblerait que vous oubliez que je ne suis plus une fillette a présent, lui rappela t-elle, relevant son visage pour regarder Henry dans les yeux, les sourcils froncés. Je n’ai besoin de rien ni de personne pour me défendre. »

D’ailleurs, ce duc là ne devrait t-il pas être sur le champ de bataille pour combattre au nom de son « roi » fou ? Elizabeth espérait sincèrement qu’il soit tué, et qu’Anne puisse vivre tranquillement sa vie en tant que duchesse d’Exeter, et veuve. Le monde se porterait mieux si le roi et son cousin mourraient, et laissaient place aux York. Elizabeth était persuadée que son père ferait un meilleur souverain que ce roi Saint, comme certains se plaisaient à dire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Animals don't hate, human does. » - PV Henry Holland Sam 28 Sep - 22:24


Il devait admettre que la York ne manquait pas de cran pour oser s’attaquer ouvertement à lui dans sa propre demeure. Un manque d’éducation sans aucun doute. Les York étaient incapable d’élever un enfant correctement et il en avait la preuve sous les yeux. “Votre éducation et votre manque de bon sens est effrayant belle-soeur…” Il cracha presque les derniers mots gardant cependant un calme Olympien, même si ses yeux exprimaient toute la rage qu’il contenait avec grande difficulté.
Les deux ennemis se faisaient face. Qui pouvait penser qu’il faisait partie de la même famille en voyant cette scène ? Ils étaient tel deux statue de glace, aucun ne semblait prêt à baisser les armes, à montrer un instant de faiblesse. “Ma femme n’est nullement prisonnière. Elle peut recevoir toutes les visites qu’elle souhaite hormis celle d’invité impromptu qui n’ont aucunement leur présence en MA demeure.


Henry Holland s’approcha lentement d’Elizabeth, tel un prédateur s’approchant de sa proie. Ils n’étaient plus qu’à quelques centimètre l’un de l’autre. Le regard du Duc était mauvais et dans un murmure il glissa à la gamine “Vous n’êtes qu’une enfant, rien de plus. Si vous aviez un minimum de maturité vous mesuriez vos paroles…” Elizabeth d’York ne semblait pas prendre la mesure des enjeux. Elle était chez un ennemi, un ennemi qui pouvait à tout moment prendre la décision de l’éliminer….
Cependant Henry avait beau détester les York, il ne pouvait assassiner une femme. C’était contraire à ses principes d’honneur. La garder en otage par contre…. Cela restait une possibilité.
Il fixait la jeune fille durement “Ravaler votre superbe enfant. Vous risquez de perdre plus que vous n’en avez à gagner.” Un sourire méprisant apparut sur ses lèvres.


La York ferait bien mieux de partir. Sa patience avait des limites très restreinte, cependant ce petit jeu l’amusait. Surtout si cela faisait mordre la poussière à une traîtresse à la couronne.
Il avait bien des choses à régler avant de repartir en guerre, mais cela pouvait attendre encore quelques minutes, le temps d’arranger ce léger contre temps.
“Mais comment vous protégerez vous de votre propre bêtise madame ?” fit-il en gardant toujours ce petit air hautain propre au membre de la vieille noblesse…Il n’allait pas se laisser démonter par une gamine qui voulait faire la loi dans sa propre maison. Henry était un homme de trempe, et il n’était pas prêt à se laisser battre par une simple fillette….




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: « Animals don't hate, human does. » - PV Henry Holland Mar 22 Oct - 14:39

Elizabeth eut un soupir indigné. Elle était donc mal éduquée ? Et que pouvait-elle donc dire de ce goujat ? Elizabeth aurait tellement aimé avoir un beau-frère aimant et protecteur, et tout ce dont elle avait écopé était d’une statue de glace munie d’un cœur de pierre.
Henry était effrayant. A cet instant même, Elizabeth avait la nette impression que le duc d’Exeter aurait pu la gifler, ou pire. La jeune fille ferma les yeux un instant. Elle était donc, en plus d’être mal éduquée, une invitée impromptue ?

« - Votre Grâce, je ne suis aucunement une invitée impromptue. En épousant ma chère sœur, vous avez aussi fait de cette demeure SA demeure, répliqua Elizabeth, les sourcils froncés. Elle n’est pas prisonnière : vous venez de l’admettre. Alors j’estime que, si ma sœur souhaite me voir, j’ai le droit de venir m’inviter dans votre hostile château. »

Elizabeth offrit un sourire arrogant à Henry.  Si ce charmant beau-frère osait lever la main sur elle, son père, le duc d’York n’hésiterait pas à venir lui arracher sa jolie petite tête.
La jeune fille eût un mouvement de recul en voyant Henry s’approcher d’elle. Instinctivement, elle croisa les bras autour de sa poitrine. Elle ferma les yeux en entendant les paroles que lui murmura Henry. Une enfant ? Elle avait seize et était mariée, et la guerre faisait rage dans son pays : elle avait vu déjà trop de chose pour être une enfant.

« - Vous oseriez me tuer, c’est cela ? Murmura à son tour Elizabeth, écarquillant exagérément les yeux. Mon père n’hésitera pas à vous ôter la vie, si vous osiez me faire quoique ce soit. »

Le sourire méprisant d’Henry agaçait vraiment Elizabeth. Elle aurait aimé arracher ce sourire de son visage. Comment son père avait-il eut l’idée d’unir la si douce Anne à cette brute ?
Un rictus ironique vint feindre en deux le visage d’Elizabeth. Sa famille était divisée aux quatre coins du pays, elle n’avait plus rien à perdre.

« - Je n’ai, mon cher beau-frère, de toute manière, plus rien à perdre. »

Elizabeth se mordit la lèvre inférieure. Tout irait bien de toute manière, son père, Edward et Edmund lui avaient promis. Alors elle n’allait certainement pas montrer ses faiblesses à cet être odieux.
Elizabeth eût un air surpris en entendant les paroles d’Henry. Sa bêtise ? Mais quelle bêtise ? Il ne la connaissait pas, il ne savait pas à quel point elle était intelligente, et rusée.

« - Monsieur, ma bêtise ne fait écho qu’à la votre, sourit-elle, se reprenant rapidement. Nous aurions dû nous rencontrer plus tôt, je suis sûre que nous aurions été de grands amis ! »

Elizabeth aimait narguer Henry. Et comme lui disaient souvent ses parents, son insolence finirait par la perdre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Animals don't hate, human does. » - PV Henry Holland

Revenir en haut Aller en bas
 

« Animals don't hate, human does. » - PV Henry Holland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WARS OF ROSES ♕  :: Trouvères enchantez nous :: Changez d'époque-