AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 08/05/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 57

MessageSujet: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Jeu 8 Mai - 10:38


✖ Henry Holland ✖
« Duc d'Exeter et Comte d'Huntingdon »

✖ WHO I AM ✖
Je suis venu au monde le 27 juin 1430 à Exeter et comme vous l'aurez donc deviner j'ai39 ans. Je peux également vous dire que je suis marié et hétérosexuel par la même occasion. Que Dieu me préserve j'en suis fier. Bon sinon je suis fidèle aux Lancastre. Je suis issu d'une classe sociale aisée mais que voulez-vous, on ne choisit pas sa famille. Je fais partie des Lancastre, et allez savoir pourquoi, mais il arrive que l'on me confonde souvent avec Michael Fassbender. Les gens sont vraiment prêts à n'importe quel mensonge ou bassesse d'esprit pour s'attirer les faveurs de certains.


✖ how i think ✖

QUE PENSEZ-VOUS DE L'ANGLETERRE ? ♦️ Le Royaume aurait pu rayonner sur toute la Chrétienté et jusqu'aux terres païennes s'il n'avait été trahi par d'illégitimes prétendants au trône. L'Angleterre... La terre de nos grands ancêtres, qui ont su s'imposer par la force, le courage et l'intelligence. Le royaume d'Arthur, de Richard Cœur de Lion, d'Edouard III. Qui aurait pu recréer l'empire de Charlemagne si seulement chacun avait su se tenir à sa place.. Et qui est désormais souillée par la faiblesse, l'égoïsme et la roture.

POUR VOUS, QUI EST LE ROI LÉGITIME ? ♦️ "Il n'y a qu'un seul roi légitime : Henri VI, de la maison des Lancastre, suivant toutes les lois et traditions qui ont fait de l'Angleterre le grand et puissant royaume qu'elle est aujourd'hui. Ceux qui prétendent le contraire sont des agitateurs conspirant pour leurs propres intérêt aux dépends du Royaume. Sans les dissensions qu'ils ont créées, jamais la France n'aurait pu se relever comme elle l'a fait et les deux couronnes n'en auraient fait plus qu'une ceinte au front du digne héritier du roi Édouard III."

QUE PENSEZ-VOUS D'EDWARD IV ? ♦️ "Edward d'York... Usurpateur du trône et prêt à toutes les bassesses pour garder son cul vissé dessus. Jusqu'à insulter ceux qui lui ont confectionné sa fausse couronne... Quelle ironie... Comme toute son arrogante famille, le roi des ingrats n'inspire que les dissensions. A marchander les titres de noblesse comme du bétail en échange de quelques soutiens, York nous entraîne tous chaque jour un peu plus dans la boue et l'infamie. Et le mal marié n'est qu'un pantin entre les doigts de sa femme. Il doit être abattu, lui et sa famille. Déraciner la rose blanche pour que règne enfin le seul véritable souverain.

QUE PENSEZ-VOUS D' ELIZABETH WOODVILLE ? DE SA FAMILLE ? ♦️ "Les Woodville sont des traîtres. Des chiens qu'on achète avec de l'or et des titres. Des roturiers sans honneur ni dignité au service de leurs femmes. Puissions-nous avoir la chance de leur apprendre ce qu'il en coûte d'avoir pris une place qui n'était pas la leur..."

QUELLE RELATION ENTRETENEZ-VOUS AVEC LA RELIGION/DIEU ? ♦️ "Il y a bien trop de commandements que j'ai brisés pour avoir encore foi en une vie éternelle. Si je l'ai jamais eue. Je sais que je n'ai jamais été porté à tendre l'autre joue, ou à pardonner les offenses. Ces règles-là ne sont pas les miennes. Le peuple a besoin des traditions de l'Eglise mais qu'Elle se garde bien de croire avoir à se mêler de nos affaires. Je suis les préceptes de notre religion, aussi longtemps qu'ils ne portent pas ombrage aux intérêts du Royaume. Ou aux miens."

CROYEZ-VOUS EN LA SORCELLERIE ? ♦️ "Tout dépend de qui est la sorcière... Je crois que l'empoisonnement est un art bien connu chez certains. Je crois qu'on peut tuer avec des paroles, pourvu qu'on sache quoi chuchoter aux bonnes oreilles. Et je sais comme certains hommes sont faibles aux charmes des plus belles femmes. Mais je laisse aux imbéciles les superstitions et les contes pour enfants."
✖ Me, Myself & I ✖

✖ Behind the screen ✖
âge • 26 ans
prénom ou pseudo • Plouf
sexe • double-x gender ! ^^
comment as tu connu le forum ? • partenariat avec Vexilla
présence • variable pour la connexion, entre 10 à 15 jours pour les réponses rp
autre chose ? • Sus aux usurpateurs !
code du règlement • ok by me   

image by consolation-prizes # code by shiya.



Dernière édition par Henry Holland le Jeu 8 Mai - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 08/05/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 57

MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Jeu 8 Mai - 10:38


✖ My Story ✖

Le vin coulait dru et le feu brûlait vif dans la cheminée. Pourtant l'ambiance n'aurait pu être plus étrangère que celle d'une fête. Froide et tendue. Le peu de discussions qui avait été entamé avec l'amenée de la nourriture était mort rapidement, écrasé par les regards que s'échangeaient les deux hommes occupant les extrémités de la table. L'un avait à peine mangé, n'avait jamais touché à son vin, et se tenait le dos droit contre son siège, les doigts entrecroisés, la mâchoire serrée, l'œil mauvais rivé sur son vis-à-vis. L'autre n'avait pas mangé beaucoup plus mais avait bu pour deux, pour trois même peut-être... Aussi se tenait-il moins droit, mais si son regard était moins vif il ne quittait pas l'autre homme pour autant. Il était le seul qui parlait. De plus en plus. De plus en plus fort. Et l'alcool aidant, de manière de plus en plus provoquante.
Holland et Neville. Le frère et le mari d'une jeune femme qui avait déjà quitté les lieux, comme tout les autres, échappant à la tension qui régnait entre les deux hommes.
Le premier se sentait les veines bouillir face à son interlocuteur, brûlait presque de lui sauter à la gorge. Le second oubliait avec chaque nouvelle gorgée avalée la méfiance qu'il éprouvait pour l'imprévisibilité du jeune duc d'Exeter. Après tout il était chez lui, ses propres soldats à la porte de la salle... Que pouvait faire le frère d'Anne ? Et comme il se pétrissait de cette idée, John Neville avait commencé de provoquer son importun invité en parlant précisément de sa sœur. Braver Henry Holland tout en ayant des soldats à portée de voix, c'était comme d'exciter un fauve tout en restant bien protégé de l'autre côté des barreaux d'une cage : cela avait quelque chose d'enivrant, vous donnait une impression de toute puissance. Que la bête hérisse ses poils et montre les crocs, qu'elle se jette même contre son challenger, la chaîne la retiendrait : elle était impuissante.  Il restait néanmoins cette toute petite possibilité que quelque chose se passe mal. Le duc d'Exeter n'était connu ni pour sa patience ni pour sa douceur. Beaucoup craignait la brutalité violente de ses réactions, faisant fi des convenances et des égos. Cette toute petite pointe de danger c'était précisément ce qui faisait le sel de la situation. Neville se pourlécha presque en lançant une nouvelle provocation, particulièrement salace, où il était question de chiens.

Des chiens... Il devait y avoir une chasse le lendemain et les chiens n'avaient pas été nourris. La battue avait déjà été repoussée... Les dogues devaient être affamés... Une étincelle passa dans les prunelles d'Exeter.
Cela avait suffi à lui donner l'impulsion qui lui manquait et paradoxalement à calmer tout à fait le jeune homme. Sa mâchoire se décrispa tandis qu'il se levait avec une bonne grâce étonnante et ébauchait un sourire ambigu pour souhaiter la bonne nuit à son hôte. Hôte qui, en dépit de son ivresse, afficha un air suspicieux à la vue de ce sourire inattendu.
Sitôt sorti le jeune duc rejoignit rapidement la première cour et la traversa. Une nuit sans lune. On y voyait rien en dehors du faible halo des torches qui se consumaient. La majorité de la maisonnée était déjà allée se coucher. Dans l'ombre des écuries un homme ne dormait pas. John de Vere. Il avait fait partie des convives ayant partagé le repas. Ce qu'il avait pu y voir et y entendre avant de se retirer ne l'avait sûrement pas incité à rejoindre trop vite les bras de Morphée. Sans doute connaissait-il trop le duc qu'il servait. Il allait se passer quelque chose cette nuit et son aide pouvait être mandée. Sous quelle forme, c'était la seule question. La seule véritablement : jamais Henry n'aurait pu rêver soldat plus loyal que John. Une telle loyauté était précieuse. Il n'y avait jamais d'autre question que ce qui devait être fait. Le pourquoi n'avait pas lieu d'être.
Et ce qui devait être fait, précisément, était assez simple. Allez chercher Anne et lui faire rejoindre les abords du chenil dans la plus grande discrétion. Personne ne devait les voir. Ni à l'aller ni au retour, après que...
John partit d'un côté, Henry de l'autre, rasant les murs pour rejoindre non pas la chambre qui lui avait été offerte, mais le chemin de ronde de la haute cour, juste au-dessus du chenil. C'était le chemin le plus rapide pour John Neville afin de quitter la grande salle pour rejoindre sa propre chambre. Pas de garde de ce côté-ci:cette porte fermait à clef. Exeter la rejoignit en quelques foulées et se posta dans un renfoncement. La nuit et le récent toit qui avait été ajouté le couvrait d'ombre. De l'autre côté de la porte, il entendait Neville se vanter de sa "victoire" du soir. Puis ce fut le raclement d'une chaise qu'on écarte comme on se lève, un ordre donné. Henry vit une ombre danser dans la lumière qui filtrait sous la porte à mesure que son beau-frère arrivait d'une démarche hésitante. Le bruit d'une clé qu'on a du mal à tourner. La porte s'ouvrit, se ferma. John Neville passa devant Holland sans le voir et poursuivit son chemin en se tenant d'une main aux merlons, l'autre s'agrippant à une bouteille presque vide.
Aussi calme et concentré que lorsqu'il chassait Exeter rejoignit sa cible, plaqua une main sur sa bouche et planta une longue dague entre les côtes. Loin du cœur, dans les poumons. Il ne fallait pas que John meurt trop vite n'est-ce pas ? La lame ressortit et tandis que l'esprit embrumé de Neville commençait tout juste de comprendre ce qui lui arrivait, on le poussa par-dessus le mur.
Le corps passa lourdement par-dessus les merlons et la bouteille suivit. Il n'y eut qu'un seul véritable cri et personne ne sembla y prêter attention. Ceux qui l'avaient entendu croiraient probablement que le maître était tombé dans son ivresse. Ils ignoraient simplement qu'il était tombé si mal. Et il aurait fallu être tout près pour entendre la suite. Les gémissements de la victime et les grognements des chiens. Des chasseurs dressés pour ne pas tuer mais pour laisser à leur maître le plaisir de la mise à mort. Des prédateurs que le sang excitait facilement. Des animaux affamés...
Quelle aubaine... Henry s'était apprêté à s'éloigner des lieux rapidement, avant que la maisonnée n'accourt aux cris du maître mais... Personne ne viendrait pour ce seul cri. On ne se rendrait probablement compte de la mort du maître que le lendemain. Alors rien n'empêchait de rester dans l'ombre à savourer le spectacle qui se jouait en contrebas, ténèbres mouvantes et tant de bruits évocateurs. Le jeune homme eut un sourire pour lui-même. Satisfait et cruel. Voilà ce qu'il en coûtait de s'en prendre à son sang, sa sœur...
Goûtait-elle autant que lui la tragédie qu'on avait dressée pour elle ? Sa si fragile, si sensible et douce petite sœur....



Voilà si longtemps que cela avait eu lieu. Mais la lettre qu'il venait de recevoir de sa soeur – comme elle avait changée la douce et gentille petite Anne depuis.... - , cette lettre avait soudainement ravivé ses souvenirs. Tout comme ceux d'une enfance lointaine. Sa mémoire ne gardait pas aussi nettement les images de ces décès et ces multiples mariages. Les successives épouses de son père ne l'avaient pas intéressé. Seule la première, sa mère, avait compté. Il se souvenait mieux des exercices aux maniements des armes et du dressage des chevaux, des longues traques et chasses... Il se souvenait comme il s'était préparé pour faire la guerre à la France... pour finalement devoir la faire aux chiens de York....
Un mouvement lui fit relever les yeux. Miss Bartelmy lissait sa robe. Lorsqu'elle releva ses prunelles et croisa son regard un instant, elle rosit. Des joues jusqu'à son sage décolleté. Henry repensa à la recommandation de sa sœur de ne pas toucher à celle-là. Il n'était pas certain qu'il s'y tienne. Quelle jolie gorge s'offrait-là...
Si la vue qu'il venait de s'offrir avait pu lui suggérer une agréable manière de passer la prochaine nuit, ses yeux retombèrent accidentellement sur les précédents paragraphes de la lettre et son humeur s'en assombrit d'autant. Son épouse et sa fille avait été évoquées. Deux êtres qu'il aurait préféré ne jamais voir exister. La prude, sage et terriblement ennuyeuse York... Et sa décevante progéniture...  Laquelle lui avait coupé toute envie de tenter à nouveau s'obtenir un héritier d'une Yorkiste. Ce n'était de toute manière pas dans l'ordre des choses. S'il avait plaisir à ne plus avoir à les côtoyer, il exécrait savoir sa femme en possession de son héritage et rongeait son frein dans l'attente de l'occasion de reprendre ce qui lui revenait de droit.
C'est avec un sourire en coin qu'il prit connaissance de la suite des nouvelles. Il n'avait guère eu le loisir d'apprendre à connaître son neveu. En revanche, que sa mère ne puisse résister à mentionner son fils chéri dans sa lettre.... Le sourire ne dura pas.
De nouveau sa fille ! Il claqua la langue d'agacement. Pourquoi fallait-il qu'Anne insiste autant à ce sujet... Il doutait que la nièce ressemble tant à sa tante, hors la flamboyante chevelure rousse. Sa sœur était sans doute la plus belle femme du royaume et il était bien impossible que la fille d'Anne d'York, sans charme ni caractère, puisse avoir beaucoup en commun. Le sujet suivant ne valait pas mieux. Towton... Le nom avait des notes amères, évoquait l'échec, la fuite, l'humiliation...  Plus haïe encore que celles de "Wallingford" et les souvenirs de frustration enfermée qui accompagnaient l'évocation de sa brève incarcération. A faire se crisper imperceptiblement la mâchoire, enténébrer les prunelles, tendre les muscles... C'était une attitude dont ceux qui le connaissaient avaient appris à se méfier, des signes avant-coureurs d'un orage à venir. Toujours violent. Il n'ignorait pas la réputation de sauvagerie dont on l'avait targué. Qu'importait. Elle avait été bien utile à la Tour de Londres... Et puis sur les champs de bataille. Ce qu'on pensait de lui n'avait pas d'importance, aussi longtemps qu'il pouvait contribuer à la cause des Lancastre.

Enfin la lettre toucha à sa fin... et ses derniers mots... Il les avait survolés une première fois, l'esprit agité par les nouvelles qu'il avait eues de son troisième et dernier beau-frère en date. Il avait cru n'avoir à lire là que les habituels témoignages d'affection qui ponctuaient ses échanges avec Anne. Il fut obligé de les relire tant la dernière phrase le prit de court.

Lorsque la porte s'ouvrit sur de Vere, celui-ci trouva son mentor absorbé dans sa lecture, une expression indéchiffrable au visage. Le soldat frappa une nouvelle fois sur la porte pour annoncer une présence qui de toute évidence n'avait pas été remarquée et Henry releva le regard, le fond des prunelles comme des cendres encore chaudes d'avoir brûlé fort. Le jeune homme qui venait d'entrer ne chercha pas à en interpréter l'origine et annonça que les hommes dehors étaient prêts.
De Vere était toujours aussi loyal sans que les années n'aient érodé sa fidélité. Un véritable partisan des Lancastre, sans rien de l'inconstance légère de ces marchands de Yorkistes... Lui avoir sauvé la vie avait semblé aller de soi. L'exécution de son père l'avait rendu plus ardent encore à défendre la rose rouge. Pas plus qu'à Henry Holland, la perte de ses terres ou de ses titres n'avait entamé la volonté de mettre fin au règne des usurpateurs. Au contraire. Chaque bataille, gagnée ou perdue, n'avait fait qu'aviver la flamme.  Aucun ne ménageait ses efforts pour rassembler et entraîner une armée qui serait capable de servir la reine Marguerite à faire valoir ses droits. Et précisément, il y avait trop à faire pour s'attarder à la lecture.
De Vere et Belmy sortirent.
La lettre rejoignit un coffre fermé à clef.

image by consolation-prizes # code by shiya.



Dernière édition par Henry Holland le Ven 9 Mai - 16:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 11/07/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 641

MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Jeu 8 Mai - 11:25

Bienvenue bro !!        
Bonne chance pour ta fiche et au plaisir de rp avec toi  Casserole 
Si tu as des questions n'hésites pas I love you

_________________
   
pretty face and electric soul
Oh that grace, oh that body. Oh that face makes me wanna party. He's my sun. Will you still love me when I got nothing but my aching soul ? -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 15/08/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 239
◆ LOCALISATION : A Londres

MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Jeu 8 Mai - 13:08

Un Lancastre   
Bienvenue à toi, au plaisir de pouvoir comploter avec toi sous peu  queen 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 08/05/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 57

MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Jeu 8 Mai - 14:10

Merci pour votre accueil !!   

Mon angélique sœur !   

Aha oui je vais essayer de ne pas trop tarder à finir ma fiche : j'ai hâte de comploter !   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 10/12/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 80

MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Jeu 8 Mai - 14:17

Bienvenuuuue, ravie que tu aies rejoint nos rangs !  

Joli titre eheh, et j'aime ce que tu as déjà écrit ! J'ai hâte de voir Henry en action yeah

_________________

The price you have paid to quantify your lover
is a bitter joy that few dare to suffer.

mirror.wax
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 08/05/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 57

MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Ven 9 Mai - 16:26

Merci Anne (que d'Anne d'ailleurs ! je vais me perdre ! ^^)

Sinon je pense avoir fini ! J'espère que ma fiche vous ira. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 26/08/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 310
◆ LOCALISATION : Londres

MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Ven 9 Mai - 17:04

Bienvenue cher Lancastre

_________________
                         

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 04/09/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 181

MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Ven 9 Mai - 17:55



Bienvenue sur TWOR !


Bon eh bien je te valide ! Bon je suis obligée de te valider avec Anne quoi What a Face Je suis tombée amoureuse de ton histoire, ton style d'écriture est très fluide et mon dieu qu'est-ce que tu as bien cerné Henri !   J'apprécie surtout la première partie de ton histoire   En plus tu as fait référence à la lettre de ma présentation   Bref, je suis heureuse de te souhaiter la bienvenue entant qu'Henry et les Holland vont tout cartonner sur TWOR   

Tu es validé(e) ! Tu peux à présent aller recenser ton avatar dans le bottin. Tu peux également te rendre dans la partie liens pour te faire de nouveaux amis à la cour ou encore organiser tes rp's. Si tu le souhaites, tu as la possibilité de créer un scénario. Une fois ceci fait, tu peux aller faire un tour dans les demandes, sait-on jamais. Il t'es aussi possible de te faire aider pour ton intégration sur le forum, pour cela il te suffit de faire une demande de parrainage. Si tu as la moindre question n'hésite pas non plus à faire signe aux membres du staff, nous serons ravis de te guider sur le forum. Wink

Pour t'intégrer, tu peux également aller faire un tour du côté du flood ou viens sur la ChatBox pour t'amuser avec les membres, tu verras on ne mord pas.
Nous sommes très heureux de te compter parmi nous et espérons que tu passeras de très bons moments sur le forum.

A présent bon jeu sur TWOR !



[/i]
©️ fiche par Eris



_________________
deep in the shadows ◈
▽ I want to hide the truth, I want to shelter you but with the beast inside there's nowhere we can hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 08/05/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 57

MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Ven 9 Mai - 18:17

Ravie que ça t'ait plu !
Merci pour la validation !   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 10/12/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 80

MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C] Ven 9 Mai - 21:11

Que d'Anne oui, mais on s'y fait à tous ces homonymes  

L'histoire est à la hauteur du reste, et mention spéciale pour le choix d'image cute amuse-toi bien chez les Lancastre, il faut admettre que le rouge va fort bien à Henry. 

_________________

The price you have paid to quantify your lover
is a bitter joy that few dare to suffer.

mirror.wax
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C]

Revenir en haut Aller en bas
 

Henry Holland - Let's redden their white petals with their own blood... [E.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Blue white control. is preordain needed?
» Henry VIII et la guerre...
» Nouveau magazine gratuit : White Flag!
» Ordered to Die de White Dog Games
» [WWK] White Weenie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WARS OF ROSES ♕  :: La rose de ce matin est éclose :: L'adoubement :: Au coeur du complot-