AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Oscar A. Méliès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 18/06/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 25

MessageSujet: Oscar A. Méliès Mer 18 Juin - 19:14


✖ Oscar Alice Méliès ✖
«Chevalier au service de Gabriel de Castel, guérisseuse »

✖ WHO I AM ✖
Je suis venu(e) au monde le 27 décembre 1446 en France et comme vous l'aurez donc deviner j'ai 23 ans ans. Je peux également vous dire que je suis célibataire et hétérosexuelpar la même occasion. Que Dieu me préserve j'en suis fier. Bon sinon je suis fidèle à Gabriel de Castel et c'est déjà bien. Je suis issu(e) d'une classe sociale pauvre mais que voulez-vous, on ne choisit pas sa famille. Je fais partie des Foreigners, et allez savoir pourquoi, mais il arrive que l'on me confonde souvent avec Mia Waskiyoska . Les gens sont vraiment prêts à n'importe quel mensonge ou bassesse d'esprit pour s'attirer les faveurs de certains.


✖ how i think ✖

QUE PENSEZ-VOUS DE L'ANGLETERRE ?C'est une terre verdoyante doté d'un prestigieux patrimoine. France et angleterre se voue un amour haineux, pour autant nous sommes deux grande puissance. Là où se tienne les jeux du pouvoir nul ne sort indemne, le décors change en somme, le fond reste le même.

POUR VOUS, QUI EST LE ROI LÉGITIME ?Le pouvoir... combien se sont battu en son nom? Combien de mort et de vie gâché pour cette quête d'absolut? Le roi légitime ne sera autre que celui qui survivra à cette rixe.

QUE PENSEZ-VOUS D'EDWARD IV ?Venant d'arriver sur les terres britannique et ne le connaissant pas personnellement, je vais éviter d'avoir un jugement hâtif.

QUE PENSEZ-VOUS D' ELIZABETH WOODVILLE ? DE SA FAMILLE ?Si vous saviez tout ce que je pourrais dire sur la famille... gérer des relations familiale et pareil à gérer des relations internationales. Je pense que toute mère tente de faire pour le mieux après, une fois de plus, je ne la connais pas personnellement.

QUELLE RELATION ENTRETENEZ-VOUS AVEC LA RELIGION/DIEU ?Dieu... Parce qu'il a sacrifier son fils unique il nous éprouve quelque fois tout aussi durement, à l'image du christ j'ai connu la morsure du fouet, le sentiment d'abandon sur la croix de mon ancienne vie. Il m'arrive d'aller à la messe du dimanche en souvenir de ma mère.

CROYEZ-VOUS EN LA SORCELLERIE ?Je crois surtout en la stupidité humaine qui pousserait un faible d'esprit à m'accuser de sorcellerie car je cueille quelque herbes médicinales pour soigner Gabriel. --"
✖ Me, Myself & I ✖

✖ Behind the screen ✖
âge • 23
prénom ou pseudo • Elvire
sexe • Au dernière nouvelle, je n'ai pas de zizi
comment as tu connu le forum ? • part Gabriel
présence • quotidienne sauf imprévues
autre chose ? • écrire ici
code du règlement • men go to battle women wage war

image by consolation-prizes # code by shiya.


_________________
Ferro non auro.
Vous avez froid, parce que vous êtes seule; aucun contact ne fait jaillir la flamme qui est en vous. Vous êtes malade, parce que le sentiment le meilleur, le plus doux, le plus sacré que l'homme puisse éprouver vous est interdit. Vous êtes sotte parce que, vous ne lui ferez pas signe d'approcher, vous ne ferez pas un seul pas à sa rencontre, quelles que soient vos souffrances.. @ ALASKA.


Dernière édition par Oscar A. Méliès le Jeu 19 Juin - 9:00, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 18/06/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 25

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Mer 18 Juin - 19:15


✖ My Story ✖

Le 27 décembre 1446 naquit une petite fille. Alice. Elle était la fille d'un violoniste décédé alors qu'elle était encore dans le ventre de sa mère, une guérisseuse établie dans le comté de Toulouse. Sa mère avait eu un enfant avant elle.. mais ce dernier était mort quelques mois à peine après sa naissance, c'est pourquoi elle devint la nourrice du jeune seigneur Gabriel.
Sa mère l'aimait, elle était une joie et ressemblait tant à son père, l'homme qu'elle avait tant aimé et qui fut emporté par la maladie... une maladie qu'elle n'avait pu soigner.
Elle était si éveillée, tout l’intéressait, elle était si attentive à la vie qui s'agitait autour d'elle, sa mère l'emmenant avec elle tout en s'occupant du  jeune seigneur qui avait trois ans de plus qu'elle. Il avait sans doute attendu lui aussi sa venue, lui qui avait vu le ventre de Françoise grossir.
Elle grandit, sans doute trop vite aux yeux de sa mère. Enfant rêveuse, elle avait pour habitude de marcher partout pieds nus alors qu'elle avait des chaussures, et même une jolie pair avec  des nœuds que sa mère lui faisait mettre le dimanche pour aller à l'église avec sa jolie robe bleue... mais croyait le, elle préférait apprendre, courir avec une robe de coton et s'amuser à la guerre avec Gabriel qui était son compagnon de jeu.
Ils avaient même instauré un jeu, celui de s'attaquer par surprise, l'autre devait s'avouer vaincu pour gagner. Autant dire qu'elle s'y livrait avec une dévotion toute particulière ! Pour autant elle était jalouse... jalouse qu'il puisse apprendre tant de chose avec des professeurs.. Elle savait lire, avait une maîtrise basique du latin par sa mère qui lui faisait lire ses livres sur les plantes médicinales, mais elle voulait plus... Alors elle boudait souvent Gabriel.. Loin d'être dénué de bon sens, ce dernier se pointa un jour à elle avec un livre sur l'histoire de France et entreprit de lui faire profiter de l'apprentissage qu'il bénéficiait, il remonta aussi tôt dans son estime.
Ils grandirent ensemble, elle se découvrit fine tacticienne et stratège adorant parler des techniques militaires avec Gabriel, ensemble ils continuaient de se battre, lui devant un homme et elle une femme. Ils étaient comme frère et sœur et elle l’entraînait souvent dans ses bêtises, dans ses rêves et son monde plein de poésie et de musique. Elle chantait souvent pour lui dans leur cachette, un petit coin dans la campagne où coulait une rivière. Ils y lisaient de la poésie, jouait dans l'eau, il l'écoutait chanter. C'était leur forêt aux fées, elle était Titania et il était Puck.
Ils s'éveillaient à la vie, à leur adolescence, cette mutation du corps et des émotions. Gabriel devenait de plus en plus beau, toujours aussi doux et gentil envers elle, il commençait a faire palpiter son cœur. Elle souriait et rougissait quand il la regardait, et de ballade légère sur les êtres mythiques de la forêt elle se mit à chanter Tristan et Yseult, d'autres contes enfouis dans les méandres de l'âme humaine, de cette douce inclination qu'elle lui concédait. Ils se plaisaient. Ils se plaisaient au point qu'elle commençait à faire attention à sa coiffure, sa toilette.... et même, entendez-le bien, à mettre des chaussures.
Vint le jour du bal, un bal populaire annuel que le comte organisait chaque année où tous se côtoyer l'espace d'une nuit d'été... le songe d'une nuit d'été. Elle avait mis sa plus belle robe mais pourtant elle restait assise sur sa chaise, observant les autres danser. Elle ne voulait pas d'une vit si simple avec le palefrenier, à quoi ressemblerait sa vie ? Elle serait une bonne, gâcherait ses talents dans une vie morne et régler comme la messe dominicale. C'est alors qu'il vint à elle, Gabriel, son sauveur. Il tendit sa main vers elle, l'invitant à danser, il était si beau qu'elle dit oui. Une danse, et une autre et encore une autre.
Françoise les regardait, ses deux enfants qu'elle avait élevé, elle était plus âgée elle-même et était rongée par un mal incurable que des scientifiques nommeront plus tard cancer. Elle les regardait sans arrière pensée, elle les voyait juste heureux ensemble et ça ravissait son cœur de vieille femme.
Un autre regard les observait, bien plus accusateur, celui du père, de monsieur le Comte. Dès la fin du bal. Il emmena Alice, et la fit battre. Il la fit fouetter si durement que le fouet découpa la peau, séparant presque la chair de l'os. Il avait fait venir son fils, pour qu'il assiste à la scène en punition, pire même... il lui tendit le fouet pour qu'il fouette cette fille de rien qu'il semblait aimer... Il refusa. Le père prit le fouet et fouetta son propre fils, lui laissant une marque indélébile au visage.
Alice était inconsciente, elle avait tournée de l’œil sous la douleur. On la ramena à sa mère affolée qui se mit directement à la soigner, les plaies étaient profondes et ensanglantées, pourtant Alice avait seulement serré les dents jusqu'à l'évanouissement, pas un cris était sorti de sa bouche, seulement des larmes... des larmes de rage, la rage que Gabriel ait du voir ça. Elle était insouciante, elle l'aimait avec son cœur d'adolescente et avec toute la douce folie de ses treize ans... Et voilà où elle en était : le dos marqué à vie. Ravagé.
Ça mettrait du temps à guérir vu la profondeur, et sa mère ne pourrait rester à son chevet pour changer les pansements et onguents plusieurs fois par jour. C'était Gabriel qui venait en cachette, faisant tout pour que son père ne le voit pas. Il oignait ce dos qui avait souffert en dépit d'une Alice qui serrait les dents en lui grognant de partir, qu'elle ne voulait pas le voir. Mais il restait et revenait, jusqu'à ce que les plaies guérissent. Alice devait tuer son amour, tout comme la maladie tuait sa mère, deux choses si précieuses qui la quittaient. Elle se demandait comment elle faisait pour tenir. Elle se sentait le cœur ravagé en tenant la main froide de sa mère, cette si bonne mère qui l'avait tant aimé et qui la laissait seule au monde... Elle pleura beaucoup cette nuit là... Elle hurla aussi.
A peine le corps de sa mère était-il froid qu'on la fit saisir pur l'emmener loin du domaine. Elle hurla, elle hurla le nom de Gabriel. Elle ne voulait pas partir sans le revoir une dernière fois, elle supplia le Comte qui répondit à sa supplique par une gifle.
Elle fut emmenée, vendue à un bordel. Elle rageait. Elle fit la soumise, la semaine que dura son enseignement, et la nuit où elle devait enfin offrir sa vertu, elle vola la caisse, prit une dague, de la nourriture, des vêtements d'hommes et partie. Elle courut aussi longtemps, aussi loin, aussi vite qu'elle le put. Cachée, elle se coupa sa longue chevelure blonde. Si elle devait survivre sur les route ça serait en homme. Elle savait trop bien ce qui lui arriverait si on la découvrait femme.
Elle se dit que c'était sans doute là sa chance, la chance de vivre autre chose que cette vie, de montrer son courage, de montrer qu'elle peut faire quelque chose de sa vie. Un jour la roue tournera, et elle qui a tant souffert aura un jour sa chance.
Elle intégra un petit groupe de hors la lois, décidant de détrousser quelques bourses pour son bénéfice personnel... et pourtant... ce qu'elle avait, elle le partageait. Quand elle voyait de la souffrance, elle tentait de guérir, de faire ce que ça mère lui avait appris, gratuitement. Partout où elle allait, si elle avait une miche de pain, elle la partageait. Elle détonait complètement au sein du groupe de voleurs qui un jour... découvrit qu'elle était femme. Ils voulurent la posséder, chacun à son tour, mais elle était loin d'avoir oubliée ses entraînements avec Gabriel, elle se défendit, en tua un et mutila d'autre et partit avec leur bourses, décidant de faire cavalier seul.
Au détour d'une route, une nuit, après bien détour, elle trouva un homme allongé dans l'herbe, sans un bruit elle s'était rapprochée de lui, la lune éclairait son visage balafré. Il n'était pas moche mais elle n'était pas là pour admirer la beauté que Dieu avait placé en ce monde... non... son regard se figea sur sa bourse juteuse... pleine de pièces d'or visiblement... Elle d’accroupie... sortant son poignard pour couper la corde.... Il lui saisit son poignet... commença alors un combat qui s'acheva à ex aequo. Il décida de lui donner le choix... soit il la dénonçait, soit elle devenait son écuyer. Il ne lui avait pas fait telle proposition ainsi, il lui avait d'abord demandé son nom, elle lui répondit « Oscar » et la questionna sur la raison de son acte et ce qu'elle comptait faire de son argent... ce qu'elle répondit par « Voyez vous, vous en avez et je n'en ai point, ds personne meurt de faim et moi qui n'ai pas tant de richesse ne peut leur être d'une grande. Ainsi ce que je dérobe je le leur restitue, eux qui ont si peu d'espoir dune vie meilleure. ».
Elle accepta de devenir son écuyer et, le lendemain, elle lui demanda son nom « Gabriel de Castel ». Lui. Après bien des détours, après tant d'épreuves... lui... Elle ne pouvait rien montrer, mais au moins, elle le retrouvait. Il était devenue un homme, un bien bel homme, un homme qui ne serait jamais à elle.
Il voulu s'embarquer dans la bataille de Montlhéry, Alice lui dit que c'était folie, une simple bataille pour impressionner le roi... cela finirait en un massacre inutile, mais il ne l'écouta pas et bon gré malgré elle y alla avec lui. C'était sa première bataille, elle se sentait le cœur grand, elle allait devoir se montrer à la hauteur. Ce fut une chose si étrange, avoir tant œuvré pour en arriver là, y être et se sentir si étrange. Tant d'hommes réunis, tant de corps qui se blessaient, se mutilé, et elle, seule femme dans ce champs de bataille, c'était une drôle d'impression, cela se produisait vraiment, elle risquait sa vie, les hommes ici mettaient leur vie en jeu. Elle avait une épée, Gabriel lui en avait donné une pour la peine, qu'elle fasse ses preuves, elle lui semblait lourde, pas par le poids, mais parce qu'elle était, objet de protection et de mort.
Dans le feu de la bataille, son esprit en action lui faisait poser les meilleur choix possibles pour ne tuer personne tout en sauvant sa peau.... c'était si inutile cette bataille... mais alors... elle vit que Gabriel qui se battait fièrement se trouvait dans la ligne de mir d'un archet... ni une ni deux elle se précipita sur lui et se prit la flèche à sa place, en dessous du cœur.
Elle fut soigné, elle ne voulait pas que Gabriel la voit... L'avantage était qu'elle n'avait pas du tout de poitrine... mais elle avait une taille fine... féminine... et le médecin avait bien vu qu'elle était une femme... Elle lui avait prit le poignet et planté sa dague sous la nuque le menaçant de l'écorcher vif s'il disait un seul mot à son maître.
Gabriel vint la voir, Alice lui dit qu'il avait tout intérêt à l'écouter la prochaine fois. Pour la remercier et lui montrer sa reconnaissance à celle qui avait risqué sa vie pour lui, il la fit chevalier, pensant toujours avoir affaire à un homme.  
Elle, la fille d'une nourrice, était devenue chevalier.... elle n'en revenait pas de son parcourt, et elle était de nouveau avec Gabriel... un Gabriel sur lequel elle veillait comme un ange gardien, dans on ombre toujours, espionnant, le soignant quand son corps était blessé, veillant à ne pas avoir un regard trop insistant, éteignant l'éclat qu'il y aurait eut dans un regard de femme. Elle ne serait jamais sienne, il ne saurait sans doute jamais qui elle est réellement, mais au moins, elle était au près de lui.
Il a été muté en Angleterre comme ambassadeur et l’emmena avec lui comme son homme de main. Elle devait avouer qu'elle avait un peu peur de quitter son pays... pour autant il lui apprit des rudiments d'anglais et se fit de son honneur de le parler le plus correctement qu'elle le pouvait. Elle se dit que s'était là un moyen de poursuivre sa progression et qui sait, commencer enfin à comprendre les ficelles du pouvoir... ce jeux du trône qu'elle appréciait tant étant enfant et peut-être même, mettre ses talents de fine stratège et tacticienne à exécution... bonne machiavélique qu'elle était.

image by consolation-prizes # code by shiya.


_________________
Ferro non auro.
Vous avez froid, parce que vous êtes seule; aucun contact ne fait jaillir la flamme qui est en vous. Vous êtes malade, parce que le sentiment le meilleur, le plus doux, le plus sacré que l'homme puisse éprouver vous est interdit. Vous êtes sotte parce que, vous ne lui ferez pas signe d'approcher, vous ne ferez pas un seul pas à sa rencontre, quelles que soient vos souffrances.. @ ALASKA.


Dernière édition par Oscar A. Méliès le Jeu 19 Juin - 15:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 04/09/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 181

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Mer 18 Juin - 19:24

Oh Mia ! cute On la voit pas souvent sur les forums et c'est bien dommage   
Si tu as la moindre question, nous sommes à ta disposition (oui oui je suis schizo  Casserole )
Bonne chance pour la suite de ta fiche !

_________________
deep in the shadows ◈
▽ I want to hide the truth, I want to shelter you but with the beast inside there's nowhere we can hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 15/08/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 239
◆ LOCALISATION : A Londres

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Mer 18 Juin - 19:41

Bienvenue sur WOR  coeur 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 08/05/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 57

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Mer 18 Juin - 19:45

Bienvenue ! Bonne inspi !   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 18/06/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 25

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Jeu 19 Juin - 9:01

Merci à tous pour votre accueil! Vous êtes des amours!

_________________
Ferro non auro.
Vous avez froid, parce que vous êtes seule; aucun contact ne fait jaillir la flamme qui est en vous. Vous êtes malade, parce que le sentiment le meilleur, le plus doux, le plus sacré que l'homme puisse éprouver vous est interdit. Vous êtes sotte parce que, vous ne lui ferez pas signe d'approcher, vous ne ferez pas un seul pas à sa rencontre, quelles que soient vos souffrances.. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 14/06/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 26

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Jeu 19 Juin - 10:01

Bienvenue en Angleterre, jolie demoiselle   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 18/06/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 25

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Jeu 19 Juin - 11:53

Merci Noble dame! j'espère que nous nous croiserons durant mon séjour Wink

_________________
Ferro non auro.
Vous avez froid, parce que vous êtes seule; aucun contact ne fait jaillir la flamme qui est en vous. Vous êtes malade, parce que le sentiment le meilleur, le plus doux, le plus sacré que l'homme puisse éprouver vous est interdit. Vous êtes sotte parce que, vous ne lui ferez pas signe d'approcher, vous ne ferez pas un seul pas à sa rencontre, quelles que soient vos souffrances.. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 11/07/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 641

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Jeu 19 Juin - 20:26



Bienvenue sur TWOR !


Bon eh bien je te valide ! Un personnage très intéressant que tu nous proposes là ! J'ai hâte de voir ce qu'il va donner en rp  

Tu es validé(e) ! Tu peux à présent aller recenser ton avatar dans le bottin. Tu peux également te rendre dans la partie liens pour te faire de nouveaux amis à la cour ou encore organiser tes rp's. Si tu le souhaites, tu as la possibilité de créer un scénario. Une fois ceci fait, tu peux aller faire un tour dans les demandes, sait-on jamais. Il t'es aussi possible de te faire aider pour ton intégration sur le forum, pour cela il te suffit de faire une demande de parrainage. Si tu as la moindre question n'hésite pas non plus à faire signe aux membres du staff, nous serons ravis de te guider sur le forum. Wink

Pour t'intégrer, tu peux également aller faire un tour du côté du flood ou viens sur la ChatBox pour t'amuser avec les membres, tu verras on ne mord pas.
Nous sommes très heureux de te compter parmi nous et espérons que tu passeras de très bons moments sur le forum.

A présent bon jeu sur TWOR !




©️ fiche par Eris




_________________
   
pretty face and electric soul
Oh that grace, oh that body. Oh that face makes me wanna party. He's my sun. Will you still love me when I got nothing but my aching soul ? -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 18/06/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 25

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Jeu 19 Juin - 22:03

Haaaan merciiiiiiiiiiii

_________________
Ferro non auro.
Vous avez froid, parce que vous êtes seule; aucun contact ne fait jaillir la flamme qui est en vous. Vous êtes malade, parce que le sentiment le meilleur, le plus doux, le plus sacré que l'homme puisse éprouver vous est interdit. Vous êtes sotte parce que, vous ne lui ferez pas signe d'approcher, vous ne ferez pas un seul pas à sa rencontre, quelles que soient vos souffrances.. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣The White Queen♣
avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 03/07/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 721
◆ LOCALISATION : Londres

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Ven 20 Juin - 20:40

Bienvenue chez nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 18/06/2014
◆ MISSIVES ENVOYEES : 25

MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès Ven 20 Juin - 21:18

Merci beaucoup!

_________________
Ferro non auro.
Vous avez froid, parce que vous êtes seule; aucun contact ne fait jaillir la flamme qui est en vous. Vous êtes malade, parce que le sentiment le meilleur, le plus doux, le plus sacré que l'homme puisse éprouver vous est interdit. Vous êtes sotte parce que, vous ne lui ferez pas signe d'approcher, vous ne ferez pas un seul pas à sa rencontre, quelles que soient vos souffrances.. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Oscar A. Méliès

Revenir en haut Aller en bas
 

Oscar A. Méliès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WARS OF ROSES ♕  :: La rose de ce matin est éclose :: L'adoubement :: Au coeur du complot-