AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 ✖ELIZABETH WOODVILLE : SHE IS MY QUEEN OF CHOICE✖

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

♣The White Queen♣
avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 03/07/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 721
◆ LOCALISATION : Londres

MessageSujet: ✖ELIZABETH WOODVILLE : SHE IS MY QUEEN OF CHOICE✖ Jeu 1 Aoû - 10:42


✖ Elizabeth Woodville ✖
«ancienne lady Grey, reine consort d 'Angleterre, d 'Irlande et de France »

✖ WHO I AM ✖
Je suis venu(e) au monde 6 aout 1437 à Gratfon et comme vous l'aurez donc deviner j'ai 31 ans. Je peux également vous dire que je suis mariéet bisexuelpar la même occasion. Que Dieu me préserve j'en suis fier. Bon sinon je suis fidèle aux York  . Je issu(e) d'une classe sociale moyenne/ mais que voulez-vous, on ne choisit pas sa famille. Je fais parti(e) des Yorks, et allez savoir pourquoi, mais il arrive que l'on me confonde souvent avec Clemence Poesy. Les gens sont vraiment prêts à n'importe quel mensonge ou bassesse d'esprit pour s'attirer les faveurs de certains.


✖ how i think ✖

QUE PENSEZ-VOUS DE L'ANGLETERRE ? ♦️ répondre ici

POUR VOUS, QUI EST LE ROI LÉGITIME ? ♦️ répondre ici

QUE PENSEZ-VOUS D'EDWARD IV ? ♦️ répondre ici

QUE PENSEZ-VOUS D' ELIZABETH WOODVILLE ? DE SA FAMILLE ? ♦️ répondre ici

VOYEZ-VOUS SON MARIAGE AVEC EDWARD IV D'UN BON ŒIL ? ♦️ répondre ici

QUELLE RELATION ENTRETENEZ-VOUS AVEC LA RELIGION/DIEU ? ♦️ répondre ici

CROYEZ-VOUS EN LA SORCELLERIE ? ♦️ répondre ici
✖ Me, Myself & I ✖

✖ Behind the screen ✖
âge • 18 ans
prénom ou pseudo • Maggy ou Isis
sexe • Eh bien je suis une demoiselle Very Happy 
comment as tu connu le forum ? • J'en suis une des fondatrices ! 
présence • Néfaste pour ma santé, je viens trés souvent  
autre chose ? • Je vous aime déja !!! 
code du règlement •

image by consolation-prizes # code by shiya.



Dernière édition par Elizabeth Woodville le Mar 6 Aoû - 11:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♣The White Queen♣
avatar


◆ DATE D'ARRIVEE : 03/07/2013
◆ MISSIVES ENVOYEES : 721
◆ LOCALISATION : Londres

MessageSujet: Re: ✖ELIZABETH WOODVILLE : SHE IS MY QUEEN OF CHOICE✖ Ven 2 Aoû - 8:43


✖ My Story ✖


Londres, Mars 1469; pendant la nuit
Au loin on entendait déjà les hululements des nombreuses chouettes. A cette heure, nul ne s'aventurait vers les bords de la rivière dans cette campagne anglaise. Le froid tout comme la peur aurait fait reculer bon nombre de personne ,mais pas celle-ci.
Le bas des tissus de sa mince robe rose semblait flotter dans l'air bien qu'en réalité, il frôlait les diverses feuilles mortes en cette fin d'automne. Bientôt la neige recouvrerait les arbres. Respirant doucement, la main de la jeune femme suivait les contours des troncs afin de puiser en eux une certaine force. Ne sachant que faire, elle avait suivi les conseils de sa mère qui lui avait dit d'aller se confier à leur véritable mère la rivière.

En effet, un mythe familial affirme que son ancêtre n'est autre que la fée Mélusine c'est-à-dire la déesse de la rivière. Doucement la demoiselle, souleva le bas de son vêtement après avoir pris soin de laisser ses souliers sur le bord de la rive. Levant ses yeux, elle ne pu s'empêcher de remarquer le reflet du croissant de lune sur l'eau.
En ce paisible soir du mois de mai, nulle âme viendrait s'aventurer dans ce lieu.

De clapotis en, les doigts venant de cette fine main finirent leurs courses sous un nénuphar. Elle remarqua un arbre avec trois fils de pêches. Sa mère, lui avait répétée qu'une fois son discours terminée, il serait temps de prendre le bon fil, celui orientant sa destinée. Puis ce fut le noir, des bruits étranges presque monstrueux, de la neige tombait autour d'elle. Acculé, son pauvre corps tomba dans la neige contre un arbre peut être un chêne. Devant elle un homme chevauché à pleine à halène l'épée à la main. Fermant les yeux, elle cru mourir quant tout à coup, le chevalier gisait au sol, les yeux percé par des flèches. Sa robe pleine de sang, elle souleva le heaume pour l'aider

« Edward ! » Ce cri déchirant toute la cour avait dû l'entendre. Dans son lit, la demoiselle se sentait seule, trop seule. Se recroquevillant elle ressentit le besoin d'envelopper son ventre qui portait pour une cinquième fois la vie. Pourvu que le bébé soit un petit garçon pensa t elle. Des larmes de désespoirs coulèrent sur ses joues. Son mari lui manquait et la fin de sa grossesse lui pesait. Son coeur était plein de remord. Non décidément, elle ne parviendrait pas à dormir ce soir  Péniblement, elle réussit cependant à poser un pied au sol puis un suivant. Le froid du sol l'a surpris au début. Trainant le pas malgré elle, une certaine force l'aida à poser un voile blanc sur sa tête.

En fait au plus profond d'elle-même, elle ne parvenait pas à se l'avouer ,mais elle avait peur de l'avenir. Elizabeth n'allait pas quitter sa chambre cette nuit afin de chercher du réconfort auprès de la rivière. Depuis sa dernière confession, elle avait bien grandi. En effet, la frêle demoiselle d'à peine quinze ans aspirant à une vie de famille douce avait atteinte la plus haute marche du pouvoir soit le trône d'Angleterre ! Qui aurait cru qu'une simple lancastrienne devienne un jour une souveraine yorkiste ? Entrant dans la chapelle, celle que tous nomme votre grâce parvint péniblement à l'autel en raison de cette nouvelle grossesse. S'agenouillant, elle commença

« Seigneur je suis une humble pécheresse qui vient à vous. Je ne sais pas si je mérite votre clémence bien  que je ressens le besoin de me confier à vous. D'ailleurs je remets mon âme entre vos mains. »marquant une pause, la voix reprit son récit.

« Je suis Elizabeth reine d'Angleterre, de France, dame d'Irlande. Fille du baron de Rivers et de Jacquetta du Luxembourg ancienne duchesse de Bedford, héritière de la déesse de l'eau Mélusine. Première née du couple, je reçus toujours énormément d'amour de la part de mes parents. Ceux-ci ne voulaient que mon bonheur. Grâce à ma mère qui était l'une de la puissante dynastie de Saint Pol, je fus aussi bien éduqué que n'importe quelle princesse d'Europe.

Mes parents appartenaient au camps Lancastre. En effet mère est une amie intime de la reine Marguerite. Cela me permit de rejoindre la cour en tant que sa dame de compagnie une fois que je fus devenue une jeune fille.

On me maria lors de mon quinzième anniversaire à un fort bon homme : John Grey. Celui-ci m'épousa en dépit du scandale qu'avait sucité l'hymen secret de mes parents. Certes ils s'étaient marié par amour mais, je ne pouvais pas connaitre la même destinée. La bonne fortune m'avait donnée John. A l'époque je ne doutais pas de réussir à l'aimer. Je n'ai jamais cherché à lui rendre la vie difficile »


Se signant, celle que l'on surnommait Bessie marqua une pause. Depuis longtemps, elle n'évoquait pas son ancienne vie. Ce qui était étrange c'est qu'elle parlait à la fois au présent du passé et inversement. Cela était certainement dû à l'heure tardive.

« A présent, Lord Grey, général de l'armée Lancastre à rejoint les cieux à vos côtés à la suite de la bataille de Saint Alban. Quant à moi je n'ai plus rien d'une veuve aujourd'hui. A l'époque, je ne possédais rien à part mes deux fils adorés, Thomas ainsi que Richard

Dépossédé par lord Warwick de mon douaire, de mes terres, de ma fortune, je dû retourner vivre chez mes parents dans leurs manoirs. Je ne parle que peu de ma première vie conjugale. Si je n'aimais pas mon époux, j'éprouvais pour lui un grand respect. Son décès fut un événement brutale pour moi. Tous mes espoirs avaient disparu tout comme ma jeunesse enfin je le croyais. Devenue une simple Lady Grey, je vécus à Gratfon telle une jeune vierge en compagnie de sa fratrie.


Cependant, j'aidais ma mère à gérer le manoir depuis qu'elle ne vivait plus à la cour de mon ancienne maitresse Marguerite d'Anjou. Toutefois, elle me répétait chaque jour que ma beauté n'avait pas pour but de s'étioler ici. Je devais prendre en main les clés de mon destin. Oubliant mes opinons lancastriennes, je pris mon courage à deux mains en cette année 1469 afin de me rendre à la rencontre de cet usurpateur de York, mon ennemi dans le but de créer chez lui de la compassion pour qu'il écoute ma requête.

Mon père combattu à Towton contre ce tyran. Je revois encore mon père revenant au manoir familiale le visage ensanglanté criant que ce jouvenceau était un prodigieux guerrier encore meilleur que son père dont la tête pourrie encore sur une pique. Perdant la plupart de leurs hommes les souverains avaient du fuir vers le royaume Ecossais dans le Nord.


Les Yorkiste régnaient en maitre de ce pays qui ressemble plus à un purgatoire. Ces derniers ont augmenté les imports en plus d'obtenir les places les plus lucratives. Nous autres les perdants, nous vivons cachés dans notre propre nation. Nous acceptons cela tout en priant de tout cœur que grâce à l'aide de son cousin le roi Louis, notre Reine puisse retrouver son trône.

Je dois réussir à attirer son attention alors qu'il part pour la guerre. Seulement, il est ma dernière chance de reconstruire ma vie.Âpreté simplement , prenant mes garçons par la main j'ai attendu sous un chêne l'armée royale sur le bord de la route de Northampton. Je me souviens encore de jouer nerveusement avec ma chevelure tant l'anxiété me rongeait les sang.  A côté de moi, Thomas ainsi que son frère joue, ce qui me donne du fil à retordre. En effet, je voulais que mes enfants soient parfaits pour ce jour Me rendant donc sur la route, une multitude de doutes m'apparurent. ? Ou une veuve l'ennuierait elle ? Arriver à ma destination, je serais fort les mains de mes deux fils tandis qu'un manger une prune. C'est à cet instant que Thomas, l'ainé des deux, cria


« Le roi mère, le roi est là ! »

C'est là que je le vis pour la première fois. Relevant son heaume, il descendit de son cheval pour s'approcher. A cet instant là, il n' y avait plus que lui et moi. Le monde s'écroula autour de moi. Au lieu de plonger dans une révérence, je restais droite en le regardant bouche bée tel une paysanne. Je l'aimais déjà oui j'en suis certaine maintenant


Chose que je n'avais jamais imaginé, il me suivi chez moi où ma mère nous attendez avec du vin de nos cousins Bourguignons. Certes j'avais cinq ans de plus que lui bien je devais ressembler à une jouvencelle. Oh mon dieu combien j'ai lutter pour ne céder à mes désirs , à son désir dans le jardin de rose le lendemain.

Me donnant rendez-vous sous ce fameux arbre, je retournais à sa rencontre sachant que je mettais mon honneur ainsi que celui de ma maisonnée en danger.Dans tout le pays, aucun père n'eu voulu que cet homme s'approche trop prêt de sa fille en raison de la réputation du chevalier.

J'obéis à son ordre m'invitant à détacher mes cheveux puis à m'asseoir.Il avait beau chercher à me forcer, je l'aimais quand même. Néanmoins, j'avais blessé son orgueil en pointant une arme vers ma gorge là fois où il tenta d'écarter le bas de ma robe pour nicher son anguille dans ma cave.

A la suite de cet incident, le roi Edward me jura de ne plus me revoir. J'ai rarement pleuré de cette sorte. Mère me dit chaque soir de remonter un fil de pèche à l'endroit même où je m'étais épancher sur ma vie dans la rivière.

Au bout de plusieurs semaines, je parvins enfin à obtenir l'objet du bout de mon fil : un petite bague en forme de couronne. Ne voulant  pas tenter le diable avec cette « alliance » je mis la bague sur mon annulaire droit contrairement à la coutume qui veut que la mariée porte son bijou au gauche


Je cru mourir d'amour durant ce laps de temps. Edward me manquait terriblement. Même mère ne me reconnaissait plus. Je ne mangeais plus, ne riait plus me maudissant de ne pas lui avoir cédé sur ce chemin de campagne.

Un long mois, ou peut être deux je ne m'en souviens plus.Je le revis en compagnie de ma famille. Seigneur pardonnez-moi, je pleure encore en y songeant. Il me demanda en mariage dans un murmure à peine compréhensible.Ce fut un prêtre sortit de nulle part qui nous unit dans une petite chapelle voisine un peu comme celle-ci. Cette semaine fut la plus idyllique de ma vie.Nous partagions de fabuleux moments ensemble dans un petit relais de chasse.

Toutefois, la guerre nous rattrapa. Edward repartit au combat tandis que je restais la dans mon manoir.De retour dans son palais, il ne me faisait toujours pas mander. Des rumeurs annonçant son mariage avec la princesse Bonne de Savoie parcouraient tout le pays. Moi j'attendais encore, espérant contrairement à mon frère Anthony qui se moquait de moi. Dieu soit louée, je reçus enfin le fameux pli qui me ramènerait à lui. Plus que mon envie d'être reine, j'aspirais à le rejoindre.


Préparant mes affaires modestes, je quittais donc pour toujours mon manoir pour plonger dans la vie que m'avais choisi Mélusine. Depuis cinq ans je suis la reine de ce pays qui n'espère que la paix. Néanmoins, mes débuts à la cour furent épineux. La mère du roi, tout comme les Neville leurs cousins me méprisaient.

Peu de gens me montrer les égards dû à l'épouse du monarque de cette île. En même temps j'étais la première sujette à devenir reine. La dernière en date remontait à l'époque des conquêtes normandes, c'est vous dire !

Voilà pourquoi le roi voulu que mon couronnement soit fabuleux. En effet, il le fut. Je suis ému d'y repenser parce qu'à l'époque j'étais grosse d'Elizabeth notre première née. Puis ce fut une seconde fille Mary. Quant à moi j'essaye de maintenir coute que coute le rang qui est devenu le mien. Je n'ai plus rien de l'ancienne lancastrienne. Reine York, je dois agir comme tel !

La cour me fait peur, je la crains. Nous avons bons nombres d'ennemis contre les york ou contre les Woodville. C'est que j'unis le reste de ma fratrie aux plus grandes familles anglaise. Dernièrement Georges, ce traitre, vient de demander l'autorisation à Edward d'épouser la fille du faiseur de roi,soit Isabel Neville ma dame de compagnie. Or mon époux le lui a refusé. Qui sait comment son frère va réagir ? Allié de Warwick, ils peuvent ramener le chaos.


Aidez-moi seigneur. Ils vont certainement intriguer contre Edward donc contre moi. Déjà on murmure que je suis une sorcière. J'ai besoin de votre aide pour les contrer ainsi que les Lancastre »

Se signant une nouvelle fois, les yeux pleins de larmes, elle parvint à rejoindre son lit de confinement. Malheureusement le bébé ne fut pas le prince de Galle tant espérer. Au contraire, une jolie petite fille rejoint la pouponière : Cecily.

Sans héritier, le trône d'Edward est fragile. Toutefois, ses ennemis doivent redouter la colère d'Elizabeth Woodville.
.

image by consolation-prizes # code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

✖ELIZABETH WOODVILLE : SHE IS MY QUEEN OF CHOICE✖

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WARS OF ROSES ♕  :: La rose de ce matin est éclose :: L'adoubement :: Au coeur du complot-